http://diyaruna.com/fr/articles/cnmi_di/newsbriefs/2019/07/12/newsbrief-01

×
×

Le chef de l'ONU condamne les frappes aériennes après qu'un hôpital syrien a été bombardé

Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a condamné fermement les frappes aériennes dans le nord-ouest de la Syrie, jeudi 11 juillet, après que quatre installations de santé aient été touchées au cours d'une seule journée d'attentats à la bombe, a rapporté l'AFP.

Un centre d'ambulances, une clinique et deux hôpitaux, dont l'un à Maarat al-Numan, l'un des plus grands de la région, ont été attaqués mercredi, a déclaré l'organisation des médecins et des organisations de secours médicaux syriens.

"Les civils et les infrastructures civiles, y compris les installations médicales, doivent être protégés", a déclaré Guterres dans un communiqué publié par son porte-parole.

L'ONU a communiqué les coordonnées de l'hôpital de Maarat al-Numan aux parties belligérantes, a indiqué le communiqué.

"Les parties au conflit doivent respecter les obligations qui leur incombent en vertu du droit international humanitaire", a déclaré Guterres, ajoutant que les auteurs des attaques devaient être tenus pour responsables.

Soutenues par la Russie, les forces syriennes ont intensifié depuis fin avril le bombardement de la région d'Idlib, contrôlée par l'alliance extrémiste Tahrir al-Sham.

L'ONU a averti qu'une offensive totale pour faire sortir l'alliance pourrait mener à un bain de sang dans la région, où vivent environ trois millions de personnes.

Plus de 23 hôpitaux ont été frappés par des raids depuis la fin avril.

Aimez-vous cet article?
0

0 COMMENTAIRE (S)

Politique Commentaire
Captcha