http://diyaruna.com/fr/articles/cnmi_di/features/2019/07/16/feature-02

×
×

Sécurité |

Des militants syriens dénoncent le ciblage de personnels médicaux

Waleed Abou al-Khair au Caire

Se connecter via Twitter Se connecter via Facebook

Un membre de la Défense civile syrienne (les Casques blancs) nourrit un chat dans la ville de Khan Sheikhun. [Photo diffusée sur les réseaux sociaux]

Les militants syriens de la province d'Idlib ont accusé le régime syrien et les forces russes d'avoir pris pour cibles des ambulances, des hôpitaux, des équipes de secours et des personnels de la défense civile lors de bombardements et de frappes aériennes dans la campagne d'Idlib et à Hama.

Des incidents lors desquels des installations et du personnel médical ont été visés se produisent depuis plusieurs mois, a expliqué Haisam al-Idlibi, un activiste d'Idlib.

Des militants au sein du Réseau syrien des droits de l'homme ont documenté le ciblage de 31 centres de la Défense civile dans la zone de désescalade sur une période de trois mois, a-t-il indiqué.

L'hôpital de la province d'Idlib a été touché par une frappe aérienne directe syrienne ou russe qui l'a mis hors service. [Photo diffusée sur les réseaux sociaux]

Cette station d'eau potable à Maarat al-Numan a été détruite par une frappe aérienne russe le 7 juillet. [Photo diffusée sur les réseaux sociaux]

Ils ont également rapporté que quatre membres de la défense civile (les Casques blancs) avaient été tués et 22 autres blessés durant cette même période, a-t-il ajouté.

Ces morts portent le bilan des victimes dans la défense civile à 229 depuis 2013.

« Ce ciblage direct ne se limite pas aux personnels et aux installations de la défense civile, mais également aux centres médicaux et aux hôpitaux », a-t-il ajouté, « qui ont été pris pour cibles directes, qu'ils aient abrité des patients ou non ».

Plus d'une vingtaine d'hôpitaux et de centres médicaux ont ainsi été mis hors service au cours des trois derniers mois seulement, plaçant les habitants de la région, les patients et les blessés lors d'opérations militaires dans une situation critique qui pourrait s'avérer fatale pour certains, a-t-il expliqué.

Ce ciblage a récemment pris un nouveau tour, a précisé al-Idlibi, lorsque le 7 juillet, des appareils russes ont frappé une station de pompage et un réservoir de stockage qui fournissait de l'eau potable à Maarat al-Numan et à ses environs.

« Cette station de pompage n'est en rien proche d'une zone où des extrémistes et des factions de l'opposition opérant dans la région d'Idlib sont militairement présents », a-t-il ajouté.

Il a mis en garde sur le fait que le manque d'eau, couplé aux températures extrêmement élevées durant la saison, pouvait entraîner des maladies.

Se connecter via Twitter Se connecter via Facebook
Aimez-vous cet article?
2
1

0 COMMENTAIRE (S)

Politique Commentaire Captcha