http://diyaruna.com/fr/articles/cnmi_di/newsbriefs/2018/03/08/newsbrief-01

2018-03-08

L'aide de la Ghouta reportée alors que le régime syrien poursuit son offensive

Les agences d'aide ont reporté jeudi 8 mars un convoi d'aliments et de produits de santé essentiels à la Ghouta orientale, alors que le régime syrien poursuit ses attaques terrestres et aériennes incessantes contre l'enclave de l'opposition, a rapporté l'AFP.

Des dizaines de personnes, dont de nombreux enfants, ont été traitées pendant la nuit pour des problèmes respiratoires et des symptômes qui, selon les médecins, étaient compatibles avec les attaques au chlore.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme, de nouvelles frappes aériennes sur la ville de Zamalka ont fait au moins sept morts, portant à plus de 900 le nombre total de morts dans l'offensive.

Les camions d'aide étaient destinés à soulager les civils fatigués par la guerre et assiégés par le gouvernement pendant cinq ans et à faire face à un assaut meurtrier soutenu par la Russie.

Les combats ont provoqué l'indignation internationale qui a culminé avec le Conseil de sécurité de l'ONU exigeant un cessez-le-feu immédiat, des livraisons d'aide et des évacuations.

Mais avec la poursuite des bombardements, un convoi conjoint entre l'ONU, le Comité international de la Croix-Rouge et le Croissant-Rouge arabe syrien prévu pour jeudi ne pouvait pas passer.

"Le convoi d'aujourd'hui est reporté, car la situation évolue sur le terrain et ça ne nous permet pas de mener l'opération ", a déclaré Ingy Sedky, porte-parole du CICR.

C'est la deuxième fois cette semaine que les opérations d'aide ont été perturbées par des développements militaires, les livraisons de nourriture ayant été interrompues lundi en raison des bombardements.

Dans un établissement médical de la ville, les médecins ont traité au moins 29 patients présentant des signes d'exposition au chlore, selon la Société médicale syrienne américaine (SAMS), qui soutient les hôpitaux de la Ghouta orientale.

Il a déclaré que les victimes souffraient d'essoufflement, de respiration sifflante et de rougeur des yeux, tous des symptômes associés à une attaque toxique.

Les forces du régime ont été accusées à plusieurs reprises d'utiliser du chlore sur la Ghouta orientale ces dernières semaines, ce que le gouvernement et la Russie ont fermement nié.

Aimez-vous cet article?

0 Di icons no

0 COMMENTAIRE (S)

* INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE
Captcha