http://diyaruna.com/fr/articles/cnmi_di/features/2019/09/17/feature-02

×
×
Société |

Tahrir al-Sham vend des infrastructures contre de l'argent, selon des activistes

Par Waleed Abou al-Khair au Caire

image

Des éléments de Tahrir al-Sham sont vus en train de creuser des oléoducs près de la ville d'al-Eis dans la région rurale d'Alep. [photo tirée de la page Facebook de neoIRT]

Désespérés pour de l'argent et sans se soucier des conséquences à long terme de leurs actions, les éléments de Tahrir al-Sham démantèlent des infrastructures dans des zones contrôlées par l'alliance et les vendent sous forme de ferraille, ont déclaré des activistes locaux.

Certains prétendent même que cette ferraille est vendue au régime syrien.

Des activistes locaux ont récemment photographié des éléments de Tahrir al-Sham en train de creuser des oléoducs dans des zones sous le contrôle de l'alliance extrémiste, a déclaré à Diyaruna l'activiste d'Idlib Mossab Assaf.

Des équipes armées d'éléments de Tahrir al-Sham ont été observées en train de creuser de longues tranchées afin de retirer les pipelines qui fonctionnaient auparavant près de la ville d'Al-Eis, dans la province rurale d'Alep, dans le sud du pays, a-t-il déclaré.

image

On voit des camions chargés d’oléoducs dans les zones contrôlées par Tahrir al-Sham, dans l’attente de traverser les zones contrôlées par le régime syrien. [photo tirée de de la page Facebook de neoIRT]

image

Des éléments de Tahrir al-Sham ont été observés en train de creuser des oléoducs près de la ville d'al-Eis dans la région rurale d'Alep. [photo tirée de la page Facebook de neoIRT]

Cette zone, qui est toujours sous le contrôle de Tahrir al-Sham, ne se trouve pas en première ligne de la bataille et a été relativement calme ces derniers temps, a indiqué Assaf.

Il n'est pas visé par le régime syrien ni par les bombardements et les frappes aériennes russes. contrairement aux zones contrôlées par Tahrir al-Sham dans la province voisine d'Idlib.

Plusieurs activistes ont documenté le processus d'extraction du gazoduc et observé le chargement de camions et leur passage dans des zones contrôlées par le régime, a ajouté Assaf.

Les efforts de l'alliance pour collecter du métal pour vendre de la ferraille ne se limitent pas à creuser des canalisations, a-t-il ajouté, mais incluent tout métal sur lequel l'alliance peut mettre la main et qui peut être vendu, tel que le fer pour la construction.

Selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme, Tahrir al-Sham a également ouvert des voies de chemin de fer et démantelé des tours de télécommunication cellulaires afin de vendre le métal sous forme de ferraille.

De grands camions de transport ont été rassemblés en convois d'au moins 20 camions pour chaque voyage dans des zones contrôlées par le régime, a ajouté Assaf.

Cri au pillage

La révélation de cette affaire a suscité un tollé parmi les activistes, a souligné Assaf.

Ils accusent Tahrir al-Sham d'avoir traité avec le régime syrien, auquel il prétend résister, et d'avoir vidé la région du nord de ressources et d'infrastructures qui pourraient être réutilisées pour la reconstruction éventuelle de la province, a-t-il noté.

Il a noté que Tahrir al-Sham avait auparavant arraché des rails de chemin de fer et les avait transportés dans des zones contrôlées par le régime.

On a appris par la suite qu'ils avaient été utilisés pour réparer des voies dans la région côtière contrôlée par le régime, entre Banias et Tartous, a-t-il dit.

Même avec cette connaissance, a déclaré Assaf, il y a eu une frénésie de collecte de ferraille dans les régions rurales du sud et de l'ouest d'Alep.

"Tahrir al-Sham a maintenu un silence complet sur cette affaire et n'a publié aucune déclaration tendant à nier qu'elle traitait avec le régime", a-t-il noté, contrastant avec les cas précédents où il avait tenté d'éviter de telles accusations.

Aimez-vous cet article?
0
NON

0 COMMENTAIRE (S)

Politique Commentaire
Captcha