http://diyaruna.com/fr/articles/cnmi_di/features/2019/03/11/feature-01

×
×

Manifestations |

Les habitants de Daraa refusent le retour d'une statue d'al-Assad

Waleed Abou al-Khair au Caire

Se connecter via Twitter Se connecter via Facebook

Des jeunes de Daraa brandissent des pancartes dénonçant la décision du régime syrien de réinstaller une statue de l'ancien président Hafez al-Assad dans la ville. [Photo fournie par Jumaa al-Masalma]

Les forces du régime syrien se sont déployées en grands nombres dans la ville de Daraa, dans le sud du pays, après des manifestations organisées dans la ville pour protester contre la réinstallation d'une statue de l'ancien président Hafez al-Assad, a expliqué un militant local.

Les habitants de la ville ont fait clairement savoir qu'ils refusaient le retour de cette statue, qui avait été renversée par des manifestants durant les premiers jours du soulèvement syrien, a expliqué à Diyaruna Jumaa al-Masalma, militant à Daraa.

L'armée du régime avait quitté la ville peu après le renversement de cette statue en mars 2011.

La décision du régime syrien de réinstaller la statue de l'ancien président Hafez al-Assad a suscité la colère des habitants de Daraa. [Photo fournie par Jumaa al-Masalma]

Des centaines d'habitants de Daraa sont descendus dans la rue pour des rassemblements spontanés, dimanche 10 mars, pour protester contre la décision du régime de réinstaller une statue du père de l'actuel président, Bashar al-Assad, sur la place principale de la ville.

Hafez al-Assad avait dirigé la Syrie d'une main de fer pendant près de trente ans jusqu'à sa mort en 2000, et avait ouvert la voie à sa succession par son fils Bashar.

« Parmi les manifestants se trouvaient plusieurs responsables ayant appartenu à des groupes de l'opposition armée qui s'étaient dissous après avoir signé les accords de réconciliation avec le régime », a précisé al-Masalma.

Parmi ces personnalités se trouvaient Adnan al-Masalma, qui avait joué un rôle essentiel dans durant le processus de négociation avec le régime, et Abou Munther al-Thahni, le leader de l'un des plus importants groupes de l'opposition locale, a-t-il ajouté.

Premières manifestations depuis les accords de réconciliation

Lorsque ces manifestations commencèrent, les forces du régime empêchèrent les habitants de se diriger vers la place où devait être réinstallée cette statue, a poursuivi al-Masalma, et ils décidèrent alors de défiler dans les rues de Daraa.

« La ville de Daraa revêt une importance symbolique dans la mesure où la région fut le berceau du soulèvement syrien », a-t-il souligné, « et où eurent lieu les premières confrontations entre les manifestants et les forces du régime ».

Al-Masalma a expliqué que ces manifestations sont les premières depuis la décision de cessez-le-feu et les accords de réconciliation signés à Daraa, bien que des tensions aient toujours prévalu dans la ville.

Elles résultent en grande partie du non-respect de ces accords par le régime, a-t-il ajouté, notamment concernant les décisions liées à la conscription.

Les tensions se sont également renforcées dans cette ville et cette province du sud du pays au sujet de la dégradation de la situation économique, de la quasi-absence de produits essentiels et de la « négligence délibérée » de tous les services de base, a-t-il conclu.

Se connecter via Twitter Se connecter via Facebook
Aimez-vous cet article?
1
4

0 COMMENTAIRE (S)

Politique Commentaire Captcha