http://diyaruna.com/fr/articles/cnmi_di/features/2019/02/13/feature-02

Terrorisme |

2019-02-13

Des alliés de l'EIIS rejoignent les forces du régime syrien à Daraa

Waleed Abou al-Khair au Caire

Di icons tw 35 Di icons fb 35

Certains éléments de Jaish Khalid ibn al-Walid, groupe affilié à l'EIIS, vus ici à Daraa, ont été recrutés par le régime syrien. [Photo fournie par Jumaa al-Masalma]

Le régime syrien a relâché des dizaines de membres de Jaish Khalid ibn al-Walid qu'il retenait prisonniers dans la province de Daraa, dans le sud du pays, a rapporté un militant.

Cette décision, surprenante dans la mesure où cette faction extrémiste est alliée à « l'État islamique en Irak et en Syrie » (EIIS), intervient dans le cadre de mesures prises par le régime pour faire régner la sécurité et réprimer la vague de protestations qui balaie la région.

Jumaa al-Masalma, militant dans la ville de Daraa, a indiqué à Diyaruna que les habitants avaient été surpris de voir d'anciens membres de Jaish Khalid ibn al-Walid parmi les forces du régime syrien qui effectuent des raids et des arrestations dans la région.

Des manifestants à Daraa al-Balad protestent contre l'arrestation d'anciens opposants au régime. [Photo fournie par Jumaa al-Masalma]

Le groupe avait juré fidélité à l'EIIS et avait combattu sous sa bannière, a-t-il rappelé.

Al-Masalma a indiqué avoir appris que le régime syrien avait relâché des dizaines d'anciens combattants de l'opposition après moins de six mois de détention.

« Non seulement le régime les a relâchés, mais il les a en plus recrutés dans ses troupes, en particulier la branche de sécurité militaire, qui est chargée de traquer et d'arrêter les adversaires du régime », a-t-il ajouté.

Manifestations contre le régime

Selon al-Masalma, cette décision a été prise en réponse à la multiplication de manifestations contre le régime dans la région, en particulier celles organisées par des jeunes concernés par l'accord de réconciliation.

Bien que, aux termes de cet accord, les jeunes de Daraa soient en droit de mettre leur statut en règle auprès du régime syrien, nombre d'entre eux sont arrêtés par le régime sous divers prétextes, a-t-il rapporté.

De ce fait, la situation est devenue très tendue à Daraa, a-t-il fait savoir, à tel point que d'anciens éléments de l'opposition armés ont participé aux manifestations.

Les forces du régime se sont retirées complètement de la zone de Daraa al-Balad par peur de conflits armés directs, a-t-il ajouté.

Par ailleurs, de nombreux postes de contrôle militaires dans toute la province de Daraa sont attaqués de façon répétée par cette soi-disant résistance populaire dans le sud.

Al-Masalma a indiqué que les civils pacifiques de la zone redoutent qu'une vague d'affrontements sanglants ne soit déclenchée par les éléments de l'EIIS qui ont rejoint les forces du régime, dont certains ont été identifiés publiquement par leur nom.

La plupart d'entre eux sont connus pour leur « brutalité, leur criminalité et les enlèvements et les meurtres qu'ils ont commis » alors qu'ils contrôlaient la région, a-t-il déclaré.

Aimez-vous cet article?

0
1
Di icons no

0 COMMENTAIRE (S)

Politique Commentaire
Captcha