http://diyaruna.com/fr/articles/cnmi_di/features/2019/02/27/feature-01

Sécurité |

Irak : les efforts de sécurité portent leurs fruits à Mutaybija

Khalid al-Taie

Voulez-vous faire du français votre langue par défaut, sur ce site? Se connecter via Facebook

Des responsables militaires irakiens discutent d'un plan pour viser les poches des derniers éléments de l'EIIS à Mutaybija, sur cette photo publiée en ligne le 17 août 2018. [Photo fournie par la direction de la police de Salaheddine]

Le renforcement des mesures de sécurité et les campagnes en cours ont produit des résultats dans la région montagneuse de Mutaybija, entre Salaheddine et Diyala, où la présence de « l'État islamique en Irak et en Syrie » (EIIS) baisse fortement, ont expliqué des responsables irakiens.

Depuis le milieu de l'année 2018, les forces irakiennes et les Services antiterroristes (SAT) ont en effet lancé des opérations de ratissage pour renforcer la sécurité dans cette région.

Les commandements des opérations de Diyala et de Salaheddine se sont joints aux forces de police des deux provinces pour lancer plusieurs campagnes visant les derniers éléments de l'EIIS, leurs maisons de repos et leurs dépôts d'armes.

Des unités militaires irakiennes sont déployées à Mutaybija dans le cadre d'une initiative coordonnée pour viser les repaires de l'EIIS, sur cette photo datant du 17 juillet 2018. [Photo fournie par le commandement des opérations de Salaheddine]

« Les forces antiterroristes ont lancé plusieurs opérations spéciales qui ont permis de démanteler des cellules dormantes » à Mutaybija et dans d'autres zones, a fait savoir à Diyaruna le porte-parole des SAT Sabah al-Numan.

Lors d'une opération en date du 14 février, lancée avec le soutien aérien de la coalition internationale, des unités du 2e régiment des SAT ont lancé une attaque-surprise contre la cellule extrémiste qui se retranchait dans une maison de repos.

« Cette maison se trouvait dans une partie cachée et accidentée de Mutaybija inaccessible pour des véhicules militaires blindés », a spécifié al-Numan.

« Cette offensive a permis de neutraliser six importants leaders de l'EIIS qui se trouvaient à l'intérieur de la maison de repos au moment de l'attaque », a-t-il indiqué, ajoutant que le bâtiment avait par la suite été détruit par la coalition internationale.

Ces éléments de l'EIIS étaient des responsables locaux qui se préparaient à lancer des attaques suicides dans les provinces de Diyala et de Kirkouk, a-t-il précisé.

Viser les repaires de l'EIIS

« L'EIIS tente de regrouper ses derniers éléments en profitant du terrain accidenté de Mutaybija », a déclaré al-Numan.

« Mais nos forces déjouent systématiquement leurs déplacements lors de missions de haut niveau, d'opérations de reconnaissance aérienne et d'échanges d'informations avec la coalition internationale », a-t-il précisé.

Depuis le début de l'année, les forces irakiennes ont détruit seize maisons de repos de l'EIIS dans des zones reculées de Baiji à Salaheddine, au lac al-Thirthar et dans le désert d'al-Qaim dans l'ouest de l'Anbar, a-t-il déclaré.

« La situation sécuritaire à [Mutaybija] est meilleure que ce qu'elle était il y a quelques mois », a déclaré à Diyaruna Sabhan Mullah Jiyad, président de la commission pour la sécurité du conseil provincial de Salaheddine.

« Les éléments de l'EIIS sont nettement moins actifs grâce aux efforts intensifs des forces de sécurité et aux succès enregistrés dans la reprise de vastes parties de cette région stratégique », a-t-il poursuivi.

Mutaybija est proche de plusieurs villes, notamment de Samarra, Balad et Tikrit.

Jiyad a salué « le déploiement des forces et leurs efforts pour sécuriser la zone et renforcer les lignes de défense et de surveillance, en particulier dans la région comprise entre les monts de Hamrine et de Makhoul ».

Mais des éléments extrémistes se cachent encore dans des grottes de montagne et dans des vallées, a-t-il poursuivi, et restent une source de menace pour les zones qui se trouvent entre les frontières administratives des provinces de Salaheddine, de Diyala et de Kirkouk.

Un plan de sécurité est nécessaire

« L'EIIS a perdu plusieurs de ses membres qui se cachaient à Mutaybija et dans les montagnes et les zones sauvages de Hamrine et de Makhisa », a expliqué Sajid al-Anbaki, membre de la commission pour la sécurité du conseil provincial de Diyala.

« Selon nos estimations, il resterait environ 150 terroristes qui se déplacent en secret entre ces zones », a-t-il indiqué à Diyaruna, précisant toutefois que ces derniers éléments ne semblent pas être en mesure de mettre sur pied des attaques de grande envergure dans les villes.

Au lieu de cela, ils mènent des activités terroristes « comme les tirs de snipers, la mise en place d'engins explosifs improvisés (EEI) et les enlèvements », a-t-il expliqué.

Al-Anbaki a souligné que l'éradication des derniers éléments de l'EIIS « requiert un plan de sécurité solide qui inclut des opérations de recherche et de traque », ainsi qu'un déploiement militaire supplémentaire dans diverses zones troublées.

Et de conclure en expliquant que d'autres mesures pourraient comprendre une hausse du nombre de missions de reconnaissance, ainsi qu'un travail supplémentaire de renseignement et des mesures de renforcement de la confiance au sein de la population locale, en plus du contrôle des armes civiles.

Aimez-vous cet article?
15
1

0 COMMENTAIRE (S)

Politique Commentaire Captcha