http://diyaruna.com/fr/articles/cnmi_di/features/2019/04/30/feature-03?language_switcher=true

Terrorisme |

Le leader de l'EIIS parle de la défaite en Syrie dans la première vidéo depuis cinq ans

Khalid al Taie et Waleed Abou al-Khair au Caire

Voulez-vous faire du français votre langue par défaut, sur ce site? Se connecter via Facebook

Une image tirée d'une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux le 29 avril montre le leader de l'EIIS Abou Bakr al-Baghdadi pour la première fois depuis cinq ans, avec une kalachnikov à sa droite.

Le dirigeant de « l'État islamique en Irak et en Syrie » (EIIS), Abou Bakr al-Baghdadi, est apparu pour la première fois en cinq ans dans une vidéo de propagande publiée lundi 29 avril, a rapporté l'AFP.

L'homme le plus recherché du monde avait été vu pour la dernière fois à Mossoul en 2014, annonçant la naissance de l'EIIS en Irak et en Syrie.

Dans la vidéo publiée par Al-Furqan, la branche médiatique de l'EIIS, l'homme qui serait al-Baghdadi a parlé des mois de combat dans le dernier bastion de l'EIIS à al-Baghouz, qui ont pris fin en mars.

Abou Bakr al-Baghdadi, leader de l'EIIS, s'adresse à un assistant sur cette image tirée d'une vidéo publiée le 29 avril par le service de presse du groupe, Al-Furqan.

« La bataille d'al-Baghouz est terminée », a-t-il déclaré, assis en tailleur sur un coussin et s'adressant à trois hommes dont les visages ont été floutés.

Il a également mentionné une série de défaites de l'EIIS, y compris dans son ancienne capitale irakienne de Mossoul et à Syrte en Libye.

Lors d'un passage où il est hors caméra, il a décrit les attentats du 21 avril au Sri Lanka, qui ont causé la mort de 253 personnes et en ont blessé près de 500, comme étant une « vengeance pour leurs frères d'al-Baghouz ».

Al-Baghdadi se trouvait dans une pièce aux murs blancs et bordée de coussins, mais l'on ignore où et quand la vidéo a été tournée.

Il portait une longue barbe grise qui semblait teinte avec du henné, et il parlait lentement, faisant de fréquentes pauses de plusieurs secondes au milieu de ses phrases.

Un ancien modèle de fusil d'assaut kalachnikov était appuyé contre le mur derrière lui.

Al-Baghdadi est bloqué dans le passé

Une équipe d'experts et de chercheurs irakiens spécialisés en renseignements, en médias, en psychologie et en sociologie examinent le contenu de la nouvelle vidéo, a fait savoir à Diyaruna le major général Tahseen al-Khafaji, porte-parole du ministère irakien de la Défense.

Cette équipe scrute le contenu et soumet chaque mot d'al-Baghdadi à « une étude, une recherche et une analyse », a-t-il fait savoir.

Le leader de l'EIIS, visiblement confus et anxieux, a précisé al-Khafaji, a cherché à « motiver les éléments vaincus et les cellules dormantes [de l'EIIS] par des phrases qui ne cachaient pas l'état de décrépitude dans lequel son gang et lui se trouvent », a-t-il indiqué.

Avec cette vidéo, al-Baghdadi veut « prouver à ses partisans qu'il est toujours en vie et qu'il dirige toujours le groupe malgré la défaite », a-t-il expliqué.

Mais al-Baghdadi ne réalise pas que la situation n'est plus ce qu'elle était en 2014, a poursuivi al-Khafaji.

« Nos forces sont aujourd'hui plus fortes et bénéficient d'expérience, d'entraînement et de grandes capacités de renseignements dans la traque et l'élimination des terroristes, en coordination avec la coalition internationale », a-t-il indiqué.

« Les efforts pour découvrir où est [al-Baghdadi] sont en cours », a-t-il ajouté, tout comme pour les autres derniers éléments du groupe, afin de les empêcher de se regrouper.

L'EIIS dépend aujourd'hui entièrement de la dissémination de la propagande pour « diffuser ses mensonges sur ses activités afin de cacher son effondrement », a-t-il déclaré, ajoutant que le groupe veut créer l'impression qu'il est actif dans le monde entier.

« [L'EIIS] est fini, et ce qui reste sera écrasé tôt ou tard », a affirmé al-Khafaji.

Un avis partagé par l'expert militaire égyptien Abdoul Karim Ahmed, qui ajoute que l'objectif principal d'al-Baghdadi en se montrant dans la vidéo est de motiver ses partisans et de tenter de recruter de nouveaux éléments en suggérant que le groupe existe toujours.

Le chef de l'EIIS cherche à rattraper la défaite de son groupe en Syrie et en Irak, a-t-il expliqué à Diyaruna.

« Al-Baghdadi avait une arme à côté de lui, dans le même style que les leaders d'al-Qaïda [Oussama] ben Laden, [Ayman] al-Zawahiri et Abou Musab al-Zarqawi, pour faire renaître les apparences d'al-Qaïda et attirer des terroristes vétérans dans son camp », a-t-il ajouté.

« Un choc stratégique et psychologique »

Les États-Unis, qui ont mis à prix la tête d'al-Baghdadi pour 25 millions de dollars, ont fait savoir qu'ils évaluaient l'authenticité de la vidéo, mais qu'ils s'engageaient à poursuivre la lutte contre le groupe extrémiste.

La coalition internationale menant la guerre contre l'EIIS « garantira la défait durable de ces terroristes et que tous les leaders restants subiront les châtiments qu'ils méritent », a déclaré un porte-parole du Département d'État.

Même si al-Baghdadi est vivant, le porte-parole a fait savoir que les éléments de l'EIIS ont subi de lourdes défaites.

« La défaite territoriale de l'EIIS en Irak et en Syrie a été un choc stratégique et psychologique terrible, car l'EIIS a assisté à sa défaite, à la mort ou à la fuite de ses dirigeants sur le champ de bataille, et a vu révélée au monde l'étendue de sa sauvagerie », a-t-il conclu.

Aimez-vous cet article?
93
16

0 COMMENTAIRE (S)

Politique Commentaire Captcha