http://diyaruna.com/fr/articles/cnmi_di/features/2018/11/26/feature-01

×
×
Religion |

Tahrir al-Sham confisque les maisons des chrétiens d'Idlib

Waleed Abou al-Khair au Caire

image

Cette photo d'archive de 2014 montre deux hommes âgés devant une église dans la campagne d'Idlib qui porte les stigmates d'actes de vandalisme, avant que ses symboles religieux ne soient retirés et qu'elle soit transformée en un poste de Tahrir al-Sham. [Photo fournie par Mahmoud Haj Kamel]

Tahrir al-Sham a commencé à mettre en œuvre un plan de confiscation des biens détenus par les anciens et actuels habitants chrétiens de la province d'Idlib, a rapporté un militant local.

Tous ceux qui ont autorité pour administrer les biens des chrétiens, que ce soit par le biais d'une procuration ou d'un accord tacite, ont été sommés de se rendre dans les différents bureaux de l'alliance extrémiste, a expliqué Mahmoud Haj Kamel, un militant d'Idlib.

Il leur a été ordonné de remettre ces biens dans un délai déterminé, a-t-il expliqué à Diyaruna.

« Il y a quelques jours, Tahrir al-Sham a commencé à notifier ceux qui occupent ou administrent un bien appartenant à des chrétiens qu'ils doivent se présenter au bureau de l'immobilier et des richesses dans un délai de trois jours à compter de leur notification », a précisé Kamel.

image

Des éléments de Tahrir al-Sham dispersent une manifestation à Idlib organisée pour protester contre la confiscation des biens des chrétiens et l'arrestation de militants. [Photo fournie par Mahmoud Haj Kamel]

Il leur a été donné pour instruction de transférer la propriété de ces biens à Tahrir al-Sham, qui aura alors le droit de les utiliser et d'en tirer les bénéfices, a-t-il ajouté.

Avant de lancer cette sommation, Tahrir al-Sham avait vidé certaines des maisons possédées par des chrétiens pour y loger ses propres éléments et émirs, a-t-il poursuivi.

Tahrir al-Sham annonce de temps en temps qu'il souhaite vendre ou louer certains biens, en particulier des commerces et des terrains agricoles, a-t-il ajouté.

Évacuation forcée des chrétiens

La plupart des chrétiens ont fui la province d'Idlib ces dernières années, et les rares qui restent encore sont disséminés entre quelques quartiers de la vieille ville d'Idlib et quelques villages, a expliqué Kamel.

Il ne reste pas plus de 1 000 chrétiens dans la province d'Idlib, a-t-il indiqué, précisant que la plupart de ceux qui ont choisi de rester sont âgés.

Ceux qui ont fui vers des régions contrôlées par le régime ou ont simplement quitté le pays ont chargé des amis ou des voisins de gérer leurs biens, soit en vertu d'un accord tacite, soit par le biais d'une procuration, a ajouté Kamel.

Mais désormais, Tahrir al-Sham ne reconnaît plus ces accords ou autorisations.

« Cette décision a suscité une condamnation généralisée de la part des habitants d'Idlib qui la rejettent et la voient comme un moyen de chasser les chrétiens de la région une fois pour toutes et de les faire paraître comme indésirables », a ajouté Kamel.

Cela entraîne un changement démographique dans la région, qui vide Idlib de ses chrétiens qui coexistaient pourtant de longue date avec leurs voisins musulmans, a-t-il continué.

Cette coexistence est mise en évidence par le fait que « ceux qui s'occupaient des biens possédés par des chrétiens en leur absence étaient des voisins et amis musulmans », a-t-il précisé, concluant que nombre de ces gestionnaires temporaires avaient soigneusement envoyé l'argent de la location des commerces et des terrains agricoles à leurs véritables propriétaires.

Aimez-vous cet article?
3
NON

0 COMMENTAIRE (S)

Politique Commentaire
Captcha