http://diyaruna.com/fr/articles/cnmi_di/features/2018/11/14/feature-02

Terrorisme |

2018-11-14

Le nouveau drapeau de Tahrir al-Sham ne fait pas l'unanimité

Di icons tw 35 Di icons fb 35

Le nouveau drapeau imposé par Tahrir al-Sham dans le nord de la Syrie suscite une certaine résistance en raison de sa ressemblance avec celui de la révolution syrienne. [Photo fournie par Bashir al-Bassam]
Le nouveau drapeau imposé par Tahrir al-Sham dans le nord de la Syrie suscite une certaine résistance en raison de sa ressemblance avec celui de la révolution syrienne. [Photo fournie par Bashir al-Bassam]

La dernière tentative en date de Tahrir al-Sham de faire peau neuve en remplaçant son drapeau pour la troisième fois, cette fois par un drapeau qui ressemble à celui de la révolution syrienne, se heurte à une certaine résistance de la part des militants et des civils syriens.

Ces militants disent craindre que cela modifie la perception des Syriens et des étrangers, et qu'aux yeux du monde l'opposition politique semble avoir fusionné avec l'alliance extrémiste ou l'avoir approuvée.

La décision de remplacer le drapeau de Tahrir al-Sham dans le nord de la Syrie par un nouveau drapeau a été prise par le comité fondateur du gouvernement de salut national autoproclamé, qui n'est autre que le pendant politique de Tahrir al-Sham.


Le drapeau original du Front Al-Nosra, représenté ici, n'est plus utilisé depuis que le groupe est devenu Tahrir al-Sham. Le nouveau drapeau que le groupe tente de promouvoir comporte du texte écrit dans le même style. [Photo fournie par Bashir al-Bassam]

Le drapeau original du Front Al-Nosra, représenté ici, n'est plus utilisé depuis que le groupe est devenu Tahrir al-Sham. Le nouveau drapeau que le groupe tente de promouvoir comporte du texte écrit dans le même style. [Photo fournie par Bashir al-Bassam]


Le drapeau de la révolution syrienne, adopté en 2011, est brandi lors d'une manifestation dans le nord de la Syrie. Des militants se disent inquiets de voir Tahrir al-Sham déployer un drapeau similaire. [Photo fournie par Bashir al-Bassam]

Le drapeau de la révolution syrienne, adopté en 2011, est brandi lors d'une manifestation dans le nord de la Syrie. Des militants se disent inquiets de voir Tahrir al-Sham déployer un drapeau similaire. [Photo fournie par Bashir al-Bassam]

Cette décision a été accueillie par un rejet et par des critiques, tant dans le nord de la Syrie qu'à l'étranger, car elle a été perçue comme un nouveau coup porté à la révolution.

Le comité a imposé cette semaine un nouveau drapeau qui doit être adopté immédiatement dans les régions échappant au contrôle du régime, a expliqué à Diyaruna l'avocat syrien et figure de l'opposition Bashir al-Bassam.

Ce drapeau ressemble fortement au drapeau original de la révolution, avec les mêmes bandes vertes, blanches et noires, mais les trois étoiles rouges du drapeau de la révolution ont été remplacées par la chahada, a-t-il précisé.

Le texte de la chahada est écrit dans le style du drapeau du Front al-Nosra, celui qui était utilisé avant que les groupes liés à al-Qaïda ne fusionnent pour devenir Tahrir al-Sham.

Un rejet quasi unanime

« La décision d'adopter ce nouveau drapeau a été largement rejetée par le public et par les militants des droits de l'homme en Syrie comme à l'étranger », a déclaré al-Bassam.

Mais ce nouveau drapeau a tout de même de fortes chances de devenir de facto le drapeau, a-t-il ajouté, soulignant que cela fait des mois que Tahrir al-Sham a interdit de brandir le drapeau de la révolution lors de célébrations et de manifestations.

L'alliance extrémiste s'est heurtée à des militants et à des civils en plusieurs occasions sur cette question, a-t-il poursuivi.

Al-Bassam a ajouté que le fait de changer de drapeau est un nouveau coup porté à la vraie révolution, et son adoption montre « un mépris total pour les vies de tous les révolutionnaires qui sont tombés et de tous ceux qui, au fil des ans, ont été blessés par les balles et les roquettes du régime ».

Selon lui, ce changement sera perçu comme signifiant que quiconque soutient la révolution a glissé vers l'extrémisme, ou à tout le moins soutient les groupes islamistes partisans de la ligne dure qui sont disséminés dans tout le nord de la Syrie.

« Le moment choisi pour cette décision est très dangereux », a-t-il poursuivi, suggérant que Tahrir al-Sham va mettre à profit cette initiative pour tenter d'inciter de nouvelles factions extrémistes à rejoindre l'alliance et encourager plus de groupes modérés à s'aligner sur lui.

Cette décision pourrait pousser la coalition internationale et les autres pays luttant contre les groupes extrémistes en Syrie à retirer leur soutien à certaines factions, a-t-il conclu, précisant que si cela devait être le cas, les organisations internationales et les Nations unies feraient de même.

Aimez-vous cet article?

4 Di icons no

0 COMMENTAIRE (S)

* INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE
Captcha