http://diyaruna.com/fr/articles/cnmi_di/features/2018/09/17/feature-03

Sécurité |

2018-09-17

Les habitants déplacés reviennent dans le district d'al-Karma dans l'Anbar

Di icons tw 35 Di icons fb 35

Les Irakiens déplacés reviennent dans leurs maisons du district d'al-Karma, dans la province de l'Anbar, sur cette photo publiée en ligne le 26 novembre. [Photo fournie par le commandement des opérations de Bagdad]
Les Irakiens déplacés reviennent dans leurs maisons du district d'al-Karma, dans la province de l'Anbar, sur cette photo publiée en ligne le 26 novembre. [Photo fournie par le commandement des opérations de Bagdad]

La très grande majorité des habitants du district d'al-Karma, dans la province de l'Anbar, qui avaient été déplacés par « l'État islamique en Irak et en Syrie » (EIIS) ont regagné leurs maisons, a indiqué l'administration du district lundi 17 septembre.

Selon les estimations, près de 90 % des habitants d'al-Karma qui s'étaient réfugiés dans les camps de déplacés de l'Anbar et de Bagdad sont déjà rentrés chez eux, a indiqué à Diyaruna le maire d'al-Karma Ahmed Moukhlif al-Doulaimi.

Depuis que les forces irakiennes ont chassé l'EIIS du district en mai 2016, « au moins 1 500 familles sont revenues dans le centre du district et ses sous-districts », a-t-il précisé.


Un soldat irakien contrôle les papiers d'un camionneur dans le cadre d'une opération de maintien de la sécurité dans le district d'al-Karma sur cette photo publiée en ligne le 1er juillet. [Photo fournie par le ministère irakien de la Défense]

Un soldat irakien contrôle les papiers d'un camionneur dans le cadre d'une opération de maintien de la sécurité dans le district d'al-Karma sur cette photo publiée en ligne le 1er juillet. [Photo fournie par le ministère irakien de la Défense]

Ceux qui attendent encore le feu vert des autorités sont pour l'essentiel « des proches de combattants de l'EIIS », a poursuivi al-Doulaimi.

Ces personnes ne seront autorisées à rentrer qu'après avoir formellement déclaré, devant une autorité judiciaire, qu'elles n'ont plus aucun lien avec les membres de leur famille qui ont été impliqués dans des actes de terrorisme, a-t-il ajouté.

Le retour des habitants du district s'est déroulé parallèlement aux efforts de reconstruction des bâtiments et des infrastructures détruits.

« Nous avons bénéficié d'une coopération fructueuse avec les organisations internationales, les autorités de l'Anbar et d'autres institutions gouvernementales, et nous avons travaillé ensemble jusqu'à ce que nous puissions surmonter tous les défis », a continué al-Doulaimi.

Les services de base fonctionnent à nouveau, a-t-il déclaré, « et nos efforts se poursuivent ».

Vaste déploiement sécuritaire

Les commandements des opérations de l'est de l'Anbar et du nord de Bagdad sont chargés de la sécurisation du district d'al-Karma, a expliqué al-Doulaimi.

« Un vaste déploiement sécuritaire est en place dans le district, et une grande attention est accordée à la nécessité de fortifier ce dispositif et de combler tous les vides qui pourraient permettre aux terroristes de s'infiltrer dans la capitale », a-t-il déclaré.

Les forces de sécurité continuent de mener des opérations de ratissage à la recherche de sites de l'EIIS, a-t-il indiqué, soulignant que les autorités locales apportent leur concours aux campagnes en cours visant à garantir la sécurité et la stabilité du district.

La population locale a fourni un « soutien très important » aux forces de sécurité en coopérant avec elles et en leur fournissant des informations qui ont conduit à l'arrestation de membres de l'EIIS et à la découverte de repaires et de caches d'armes, a-t-il ajouté.

C'est sur la base de telles informations que les renseignements militaires irakiens ont pu arrêter vendredi 14 septembre un extrémiste recherché dans le district d'al-Karma, dans ce qu'ils ont qualifié dans un communiqué d'embuscade « bien planifiée ».

Le jour suivant, des renseignements militaires ont réussi à « attirer un terroriste » et à l'appréhender dans le quartier d'Albou Jassim à al-Karma.

Celui-ci était « un combattant appartenant à la soi-disant brigade Jaish al-Mujahideen », qui avait « participé à plusieurs opérations terroristes », ont-ils ajouté dans un communiqué.

Aimez-vous cet article?

0 Di icons no

0 COMMENTAIRE (S)

* INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE
Captcha