Criminalité et Justice |

2018-08-02

Des militants syriens documentent des cas de torture et de mort dans les prisons du régime

Di icons tw 35 Di icons fb 35

Une manifestation a été organisée par les habitants de la ville de Kfarnuran, dans la campagne d'Alep après que le régime syrien eut annoncé le nombre de détenus morts dans ses prisons. [Photo publiée sur internet]
Une manifestation a été organisée par les habitants de la ville de Kfarnuran, dans la campagne d'Alep après que le régime syrien eut annoncé le nombre de détenus morts dans ses prisons. [Photo publiée sur internet]

Des groupes de militants syriens ont récemment lancé des campagnes sur internet pour répertorier les noms des personnes tuées dans les prisons syriennes de 2011 à aujourd'hui.

Des milliers de prisonniers syriens auraient ainsi été tués dans les prisons du régime, a déclaré l'avocat syrien Bashir al-Bassam.

« Les causes de ces décès vont de tortures sous plusieurs formes au manque de soins médicaux ou à des complications suite à des blessures, mais la majorité des morts ont été sous la torture brutale à laquelle les prisonniers sont soumis de façon régulière et systématique » dans les prisons du régime syrien, a-t-il rapporté à Diyaruna.

Ces campagnes coïncident avec la divulgation par le régime de la mort de plusieurs de ses détenus, a-t-il ajouté.

Le gouvernement syrien a commencé à publier des avis de décès pour des prisonniers politiques à un rythme plus élevé que d'habitude pour tenter d'éclaircir le sort de milliers de Syriens disparus.

Depuis le printemps, il envoie des listes de leurs noms aux services d'état civil afin que leur décès soit enregistré.

À ce jour, le régime a publié l'avis de décès de 3430 prisonniers : 1000 pour Daraya, 750 pour al-Hasakeh, 550 pour Alep, 450 pour Maadamiyat al-Sham, 30 pour Yabroud et 650 pour Homs, a précisé al-Bassam.

« Les familles peuvent maintenant obtenir le certificat de décès des personnes tuées », a-t-il indiqué, ajoutant « qu'en prenant de telles mesures, le régime tente de clôturer définitivement leurs dossiers en ce qui concerne l'aspect juridique de l'état civil ».

Selon les militants, le nombre de prisonniers tués dans les prisons est estimé à 10 000, a fait savoir al-Bassam, notant que certains groupes portent ce chiffre à 13 000 personnes ayant trouvé la mort sous la torture.

Amnesty a déjà indiqué que plus de 17 000 personnes seraient mortes dans des prisons du régime en Syrie entre 2011 et 2015.

Jusqu'à 13 000 personnes ont également trouvé la mort dans la prison de Saydnaya entre 2011 et décembre 2015 dans le plus grand secret, selon Amnesty. De nombreuses autres personnes à Saydnaya sont mortes après avoir été torturées à plusieurs reprises et privées de nourriture, d'eau, de médicaments et de soins médicaux de façon systématique.

« Des militants hors de Syrie, notamment dans les pays européens, communiquent avec les familles des personnes tuées sous la torture pour poursuivre les coupables après avoir collecté les preuves qui confirment la détention et la mort sous la torture, ainsi que le lieu des événements » a rapporté al-Bassam.

Aimez-vous cet article?

1 Di icons no

0 COMMENTAIRE (S)

* INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE
Captcha