Terrorisme |

2018-07-02

Tahrir al-Sham attaque des bases de l'EIIS dans la campagne d'Idlib

Di icons tw 35 Di icons fb 35

Tahrir al-Sham se prépare à lancer une opération contre les bases de « l'État islamique en Irak et en Syrie », son rival, dans la province rurale d'Idlib, dans l'est du pays. [Photo fournie par Haisam al-Idlibi]
Tahrir al-Sham se prépare à lancer une opération contre les bases de « l'État islamique en Irak et en Syrie », son rival, dans la province rurale d'Idlib, dans l'est du pays. [Photo fournie par Haisam al-Idlibi]

La tension est vive, avec des escarmouches sporadiques, dans la ville de Sarmin et ses environs, dans la province orientale d'Idlib, à la suite des combats qui ont opposé « l'État islamique en Irak et en Syrie » (EIIS) et Tahrir al-Sham, a expliqué un militant.

Les récents combats entre les factions extrémistes rivales ont connu leur point d'orgue avec le retrait des éléments d'EIIS de la zone, poursuivis par Tahrir al-Sham.

Les éléments de l'EIIS avaient tenu plusieurs positions dans et autour de la ville de Sarmin, a expliqué à Diyaruna l'activiste Haisam al-Idlibi.


Des éléments de Tahrir al-Sham traversent la ville de Sarmin dans la province orientale d'Idlib, après avoir pris le contrôle de celle-ci. [Photo fournie par Haisam al-Idlibi]

Des éléments de Tahrir al-Sham traversent la ville de Sarmin dans la province orientale d'Idlib, après avoir pris le contrôle de celle-ci. [Photo fournie par Haisam al-Idlibi]

Plusieurs dignitaires locaux avaient tenté de conclure un accord pour éviter que la ville ne soit prise dans les combats entre les deux parties, a-t-il indiqué.

Mais cet accord a échoué, et Tahrir al-Sham a lancé une offensive de grande ampleur, s'en prenant à toutes les bases de l'EIIS dans la région, et contraignent l'EIIS à les abandonner.

L'alliance extrémiste procède désormais à un ratissage de la région, qui devrait durer plusieurs jours à la recherche d'éléments de l'EIIS qui se cacheraient dans les bourgades voisines, dans les champs ou dans les zones boisées, a ajouté al-Idlibi.

Exécutions et pertes

Lors des récents combats, l'EIIS a exécuté huit militants qu'il avait capturés précédemment, a ajouté al-Idlibi. Trois étaient des éléments de Tahrir al-Sham, les autres étaient membres d'autres groupes armés.

Tahrir al-Sham a tué ou blessé des dizaines de membres de l'EIIS, a-t-il poursuivi, et en a capturé de nombreux autres, « dont plusieurs émirs et responsables de la sécurité ».

« Après son assaut sur Sarmin, l'offensive de Tahrir al-Sham s'est étendue à toutes les parties de la campagne d'Idlib, notamment la ville de Maasaran », a précisé al-Idlibi.

L'alliance y a arrêté plusieurs éléments et leaders de l'EIIS, dont certains avaient été actifs dans la ville de Raqqa, a-t-il poursuivi.

Tahrir al-Sham a également pris le contrôle total des localités et des villages de Jawbas, al-Nerab et Qminas, et « a bloqué toutes les routes principales de la région pour faciliter ses opérations et les mouvements de ses troupes », a précisé al-Idlibi.

L'alliance extrémiste a ensuite mis en place de nombreux postes de contrôle dans la campagne d'Idlib, et contrôlé les papiers d'identité des voyageurs, à la recherche d'éléments de l'EIIS dont les noms figurent sur ses listes, a-t-il expliqué.

Aimez-vous cet article?

3 Di icons no

0 COMMENTAIRE (S)

* INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE
Captcha