Élections |
2018-05-10

L'Anbar prépare ses premières élections législatives de l'après-EIIS


Le centre de Falloujah regorge d'affiches de candidats en vue des prochaines élections législatives, prévues pour le 12 mai. Cette année, un grand nombre de femmes sont candidates. [Saïf Ahmed/Diyaruna]
Le centre de Falloujah regorge d'affiches de candidats en vue des prochaines élections législatives, prévues pour le 12 mai. Cette année, un grand nombre de femmes sont candidates. [Saïf Ahmed/Diyaruna]

Les habitants de la province de l'Anbar, dont beaucoup sont des déplacés internes (DI) revenus dans leur province, se préparent à voter à l'occasion des premières élections législatives depuis que « l'État islamique en Irak et en Syrie » (EIIS) a été chassé en 2016.

Panneaux et affiches de campagne fleurissent dans toute la province à l'approche des élections dans les emplacements prévus à cet effet par cette municipalité de l'Anbar.

« Tous les districts administratifs sont prêts pour les élections législatives », a déclaré à Diyaruna Ahmed Hameed, président du conseil provincial de l'Anbar.


Des affiches électorales se voient dans toute la ville de Falloujah, dans la province de l'Anbar, à l'approche des élections législatives du 12 mai. [Saïf Ahmed/Diyaruna]

Des affiches électorales se voient dans toute la ville de Falloujah, dans la province de l'Anbar, à l'approche des élections législatives du 12 mai. [Saïf Ahmed/Diyaruna]

Les préparatifs en vue des élections du 12 mai sont dans les temps, grâce aux « efforts sans relâche de la Commission électorale et de ses membres », a-t-il expliqué.

« Les campagnes des candidats dans les médias se déroulent dans le respect de la loi et selon ce qui a été établi », a-t-il poursuivi. « Nous n'avons constaté aucune violation ni aucune infraction à la loi, dans aucune des villes de l'Anbar. »

« Toutes les agences et organisations gouvernementales ont exhorté les gens à aller voter », a-t-il ajouté.

Parmi les candidats aux élections de cette année se trouvent plusieurs nouveaux venus sur la scène politique, a-t-il ajouté, « ce qui signifie que les habitants de l'Anbar placent leurs espoirs sur des talents à venir prometteurs ».

« La liberté de choisir »

« La sécurité et la stabilité à Ramadi et dans d'autres parties de l'Anbar ont rendu possibles ces préparatifs pour ces élections au parlement », a expliqué à Diyaruna Ibrahim al-Awsaj, le maire de Ramadi.

Toute gouvernance avait disparu sous le règne de l'EIIS, a-t-il rappelé, soulignant que le groupe faisait régner sa propre loi, et « tuait et publiait des fatwas accusant les employés gouvernementaux d'être des infidèles et des apostats ».

« Mais la vie est de retour et les gens ont désormais la liberté de choisir leurs représentants et d'installer un nouveau gouvernement au parlement », a-t-il expliqué.

« Ce qu'il y a de nouveau et de superbe avec ces élections, c'est la participation importante de jeunes candidats, de personnalités tribales et de membres des professions du droit, ainsi que de femmes candidates », a-t-il expliqué.

Les campagnes dans les médias de tous les candidats se déroulent selon les directives du bureau de la Commission électorale dans l'Anbar, a expliqué à Diyaruna Ayman al-Hakim, spécialiste du droit basé à Falloujah.

« On assiste également à des campagnes pour sensibiliser à l'importance du vote et au choix de candidats compétents et qualifiés », a-t-il ajouté.

« Dans l'Anbar, chaque candidat présente un programme de campagne différent , ce qui donne aux électeurs un large choix de candidats pour réaliser leurs rêves. », a-t-il indiqué.

Parmi ceux-ci figurent « la sécurité et la stabilité, les augmentations de revenus, l'amélioration de la situation des jeunes au chômage, la lutte contre le terrorisme et l'éradication de la corruption financière et administrative », a-t-il poursuivi.

« Nous voulons obtenir des résultats »

« Les prochaines élections apportent de l'espoir aux jeunes qui veulent un gouvernement sérieux », a déclaré Mahmoud al-Shujairi, un cinquantenaire retraité originaire de Heet.

Le nouveau gouvernement doit être capable de traiter les sujets liés au chômage et à l'indemnisation des familles des membres de services de sécurité morts et blessés, et de ceux affectés par les opérations terroristes, a-t-il expliqué à Diyaruna.

« Nous avons pu observer que les rassemblements publics, les séminaires et les conférences organisés à Heet et dans d'autres régions de l'Anbar en faveur de candidats s'étaient déroulés de manière civilisée, sans attaque contre les adversaires », a-t-il ajouté.

« Nous participerons aux élections législatives, et nous ne laisserons pas le terrorisme nous voler notre droit à vivre dans la dignité et le respect de la loi, qui a nous a permis de reprendre le contrôle de notre terre après trois ans de déplacement », a-t-il précisé.

Ce que l'Anbar a traversé avec l'EIIS « nous a incités à soutenir les services de sécurité, qui nous ont rendu nos maisons », a déclaré à Diyaruna Dhamya al-Hassani, 33 ans, habitante de Ramadi et assesseur lors de ces élections.

« Beaucoup de choses ont changé depuis notre retour, et nous voulons que les prochaines élections apportent des résultats », a-t-elle expliqué.

« Nous irons voter lors de ces élections, et nous supportons fermement les femmes candidates de l'Anbar, afin que les femmes puissent être représentées par d'autres au parlement », a-t-elle conclu, appelant tous les électeurs inscrits à aller voter le 12 mai.

Aimez-vous cet article?

10 Di icons no
* INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE
Captcha