Élections |
2018-03-16

De nouveaux visages aux élections de Ninive

  • * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE


Des Irakiens se rendent dans un bureau de la commission électorale à Najaf le 10 mars pour renouveler leur inscription sur les listes électorales et remettre de nouvelles pièces d'identité pour pouvoir voter lors des prochaines élections parlementaires en mai. [Haidar Hamdani/AFP]
Des Irakiens se rendent dans un bureau de la commission électorale à Najaf le 10 mars pour renouveler leur inscription sur les listes électorales et remettre de nouvelles pièces d'identité pour pouvoir voter lors des prochaines élections parlementaires en mai. [Haidar Hamdani/AFP]

Plusieurs jeunes candidats se présentent aux prochaines élections générales de Ninive, rompant avec la norme, ce qui pourrait selon certains servir à revigorer le processus politique et la province.

Des candidats qui se préparent à entrer dans l'arène politique ont partagé leur désir de voir la province dépasser la dévastation causée par « l'État islamique en Irak et en Syrie » (EIIS) et de construire un futur où régneront sécurité et prospérité.

Le prochain chapitre de l'histoire de la province nécessitera du sang neuf et de la vitalité, selon le militant Fahad al-Youssouf, l'un parmi les dizaines de jeunes habitants de Ninive ayant décidé de se présenter aux élections.

Al-Youssouf, âgé de 38 ans et détenteur d'une licence en science politique, a expliqué à Diyaruna qu'il espère avoir une chance de servir les habitants de sa province.

Les jeunes candidats ont été largement absents des élections précédentes à Ninive.

« Cette absence de jeunes sur la scène politique a eu un effet négatif sur la situation en général à Ninive, et a eu des conséquences néfastes aux plans politique, sécuritaire et social », a-t-il affirmé.

Les destructions causées par l'EIIS à Ninive ont poussé des candidats plus jeunes de la province à reconsidérer leur position et à se joindre à la course politique, a-t-il expliqué.

Approche pratique

Al-Youssouf a une liste de promesses de campagne qu'il espère mettre en œuvre s'il est élu, notamment « le fait de s'attacher à reconstruire et à guérir des blessures laissées par l'aggression terroriste ».

« La prochaine phase exige que nous quittions nos bureaux pour aller sur le terrain et superviser directement les efforts de reconstruction », a-t-il expliqué, soulignant que les jeunes sont « le segment le plus actif de la société et celui qui est le plus à même de mener à bien de telles tâches ».

Al-Youssouf a ajouté qu'il est extrêmement favorable à la coexistence et à la réconciliation en tant que principes de la prospérité, précisant que « nous ne pouvons atteindre nos objectifs sans les solides fondations de la stabilité et de la paix sociale ».

Il a appelé à la fin du discours extrémiste et sectaire, et a souligné l'importance de « corriger le tir et d'empêcher que ne se répète le scénario où les terroristes prennent le contrôle de la province ».

« Un vent de changement »

Radhwan al-Nouaimi, un avocat de 38 ans lui aussi candidat aux prochaines élections, a expliqué à Diyaruna qu'il espère que ces élections feront souffler le vent du changement dont les gens ont besoin dans sa province.

« Nous avons traversé une période sombre », a-t-il indiqué. « Trois ans de terrorisme et de ténèbres. Aujourd'hui, nous espérons qu'en participant à la politique, nous pouvons mieux servir nos compatriotes. »

« Il va y avoir beaucoup de défis, dont le plus important est la reconstruction des infrastructures de la province, le retour de la population déplacée et le maintien de la stabilité », a-t-il affirmé.

« La tâche ne sera pas facile », a-t-il ajouté, précisant que « nous sommes déterminés à surmonter tous les obstacles et à accomplir les tâches nécessaires avec un esprit d'équipe et selon une stratégie bien pensée ».

Il sera important de tenir ces élections, prévues pour le 12 mai, en temps et en heure, a-t-il poursuivi.

La Haute Commission électorale irakienne a déclaré avoir reçu 6 904 candidatures, qui s'affronteront pour 329 sièges au parlement du pays.

Parmi eux se trouvent 907 candidats aux trente-quatre sièges de la province de Ninive.

La commission, qui a rouvert son bureau à Ninive en août, enregistre les candidats aux élections, met à jour la base de données des électeurs, et met en place les procédures liées au vote et au dépouillement.

Le nombre de jeunes candidats aux prochaines élections est « une victoire importante pour le processus politique », a affirmé à Diyaruna Hassan Shabib, membre du conseil provincial de Ninive.

Ces élections sont ouvertes aux candidats de tous âges, a-t-il précisé, et elles restent le seul moyen démocratique dont dispose le peuple de choisir ses représentants.

Aimez-vous cet article?

Di icons no 3
* INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE
Captcha