Sécurité |
2018-04-16

Des instructeurs français pour former les services antiterroristes irakiens

  • * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE


Des membres des services antiterroristes irakiens à l'entraînement à l'académie des SAT à Bagdad. [Photo fournie par les services antiterroristes]
Des membres des services antiterroristes irakiens à l'entraînement à l'académie des SAT à Bagdad. [Photo fournie par les services antiterroristes]

Des instructeurs militaires français forment les services antiterroristes irakiens (SAT) pour renforcer la capacité de leurs membres à exécuter des opérations de haut niveau.

Le gouvernement irakien a signé le 10 octobre 2017 un accord avec la France, pour que l'armée française assure la formation des SAT dans des domaines tels que la protection des frontières, la lutte contre les groupes terroristes dans le désert occidental irakien, et le désamorçage d'explosifs.

Des instructeurs de la force d'intervention française Narvik ont formé des membres des SAT à la recherche et au traitement des engins explosifs improvisés (EEI) lors d'une formation d'un mois, du 22 janvier au 17 février.

Renforcer les capacités des SAT

« Nos soldats ont bénéficié de deux niveaux de formation à l'académie de lutte contre le terrorisme de Bagdad », a expliqué à Diyaruna le porte-parole des SAT, Sabah al-Numan.

Le premier niveau a concerné une formation physique et psychologique préparant nos hommes au second niveau de cette formation, a-t-il précisé.

Le second niveau, dispensé par des formateurs français et d'autres nationalités de la coalition internationale, implique « la formation au combat de haut niveau, des parachutages sur des cibles spécifiques, le corps-à-corps avec l'ennemi, la capture d'éléments ennemis et le sauvetage d'otages », a-t-il précisé.

Les soldats sont également formés à l'usage d'armes sophistiquées, et acquièrent les toutes dernières techniques militaires employées lors d'opérations spéciales de traque de cellules terroristes et de surveillance de leurs membres, a-t-il ajouté.

« Les formateurs français partagent en permanence leur grande expérience avec nos soldats par l'organisation de sessions de renforcement des capacités et de formation conjointe », a-t-il précisé.

« Nous partageons le même objectif, celui de renforcer les capacités des SAT et d'aider leurs membres à mener à bien les opérations les plus difficiles », a-t-il expliqué.

Une collaboration permanente

Les SAT ont été créés pour conduire des opérations spéciales en plein cœur du territoire ennemi, et traquer et capturer les terroristes qui se cachent dans le désert et dans les quartiers résidentiels, a ajouté al-Numan.

Il y a plus d'une semaine, une unité des SAT a arrêté un élément opérationnel important de « l'État islamique en Irak et en Syrie » (EIIS) grâce à un parachutage dans le désert de l'Anbar, a-t-il indiqué.

Cette arrestation a été « le fruit d'une opération de haute qualité des SAT », a-t-il ajouté.

L'Irak et la France partagent des liens historiques de longue date et jouissent d'une « excellente collaboration bilatérale », a poursuivi al-Numan, soulignant que lors des combats pour la libération de Mossoul, les Français avaient mis à disposition deux appareils de reconnaissance pour fournir aux SAT des renseignements précis sur les mouvements de l'EIIS.

« Ils ont également collaboré avec nous pour cibler plusieurs repaires ennemis lors de frappes aériennes », a-t-il encore ajouté.

Après la libération des villes des mains de l'EIIS, le gouvernement irakien cherche maintenant à restructurer et à former ses forces armées en comptant sur l'expertise d'autres pays, dont la France, a expliqué le député irakien Nayef al-Shimmari à Diyaruna.

Les services antiterroristes ont joué un rôle essentiel lors des opérations de libération, a-t-il affirmé, ajoutant qu'il est « important de continuer à renforcer leurs capacités selon les [toutes dernières] évolutions dans les systèmes et les plans militaires ».

« La France est un grand pays disposant d'une armée puissante, et tout effort conjoint est un gain important pour nos forces », a-t-il ajouté.

Nouvelle force

Cette collaboration avec la France s'inscrit dans le cadre des efforts du gouvernement irakien pour mettre en place une nouvelle force militaire, les forces aéroportées, a expliqué à Diyaruna l'expert en stratégie Ahmed al-Sharifi.

Cette nouvelle force sera affiliée aux SAT et conduira des opérations de sécurité de haut niveau, a-t-il précisé.

Al-Sharifi a souligné que la création d'une telle force nécessitera un personnel hautement formé, en mesure d'appliquer « les tactiques de la guerre moderne ».

« La France et d'autres pays de la coalition seront en mesure d'aider l'Irak à cet égard en raison de leur grande expertise dans le domaine des opérations aéroportées et de surveillance des activistes », a-t-il conclu.

Aimez-vous cet article?

Di icons no 2
* INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE
Captcha