Sécurité |
2017-12-05

Retour de familles irakiennes dans la région d'al-Zawiya de l'Anbar

  • * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE


Des enfants irakiens, déplacés de la ville d'al-Qaim dans l'Anbar, devant une tente dans l'ouest de la province de l'Anbar le 2 novembre. Quelques familles déplacées ont commencé à regagner leurs foyers. [Ahmad al-Rubaye/AFP]
Des enfants irakiens, déplacés de la ville d'al-Qaim dans l'Anbar, devant une tente dans l'ouest de la province de l'Anbar le 2 novembre. Quelques familles déplacées ont commencé à regagner leurs foyers. [Ahmad al-Rubaye/AFP]

Mardi 5 décembre, les forces irakiennes ont ramené 50 familles déplacées dans leurs foyers dans la région d'al-Zawiya, dans l'ouest de la province de l'Anbar.

C'est la première fois qu'un groupe de déplacés internes (DI) revient dans la zone depuis que « l'État islamique » en a été chassé, a expliqué un responsable local.

« Aujourd'hui, 50 familles déplacées sont revenues dans la région d'al-Zawiya, dans le district de ​​Haditha, non loin de la ville d'Anah », a fait savoir Khalid Salman, président du conseil local d'Haditha.

La zone a été « entièrement sécurisée, et les principaux services ont été rétablis », a-t-il déclaré à Diyaruna.

Le retour de ces familles représente « le début des efforts déployés par les forces de sécurité et le gouvernement local visant à ramener tous les DI dans les régions occidentales de l'Anbar et à y assurer la stabilité », a-t-il ajouté.

Al-Zawiya a été l'une des premières zones reprises par les forces irakiennes durant leur grande campagne militaire dans l'ouest de l'Anbar, qui s'est achevée le 17 novembre par la libération de Raoua, dernière ville contrôlée par Daech dans le pays.

D'autres familles pourront revenir après le retrait des restes explosifs de la guerre et après le rétablissement des services publics, a-t-il ajouté.

Soutien aux efforts de reconstruction

Des représentants d'organisations internationales, parmi lesquelles le Forum de coopération pour le développement des Nations unies, se sont rendus cette semaine à Haditha, Raoua et Anah, a ajouté Salman.

Ils ont visité mardi la ville d'al-Qaim pour inspecter les dommages causés aux infrastructures et examiner la manière de participer aux efforts de reconstruction.

Ils ont concentré leurs efforts sur la reprise rapide de la vie normale, a souligné Salman, exprimant son espoir que la page puisse être tournée sur le déplacement dans les villes de l'ouest de l'Anbar dans les quatre prochains mois.

Ces villes ont été totalement sécurisées par le commandement d'al-Jazeera, la 7e division de l'armée, des unités de réponse rapide et des combattants des tribus locales, a poursuivi Salman.

Elles sont fortifiées de tous les côtés par des barricades et des postes de contrôle de sécurité, et des opérations militaires sont en cours pour traquer les résidus de Daech qui se sont enfuis dans le désert, a-t-il indiqué.

Les forces irakiennes ont ratissé quelque 14 000 km² dans le désert à l'ouest de l'Anbar à la poursuite des restes de Daech.

Lors de ces opérations, elles ont pu détruire des bases de Daech et des entrepôts qui renfermaient des engins explosifs improvisés (EEI), des voitures piégées et d'autres véhicules équipés de mitrailleuses, des camions-citernes et des motos.

Aimez-vous cet article?

Di icons no 0
* INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE
Captcha