Sécurité |
2017-10-10

L'EIIS trouve plus de difficulté à se cacher dans le désert de l'Anbar

  • * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE


Des véhicules de l'armée irakienne et un hélicoptère se déploient dans le désert de l'Anbar le 9 mars 2016, où les forces du pays se battent contre "l'Etat islamique en Irak et en Syrie". [Ahmad al-Rubaye / AFP]
Des véhicules de l'armée irakienne et un hélicoptère se déploient dans le désert de l'Anbar le 9 mars 2016, où les forces du pays se battent contre "l'Etat islamique en Irak et en Syrie". [Ahmad al-Rubaye / AFP]

"L'Etat islamique en Irak et en Syrie" (EIIS) a de plus en plus de difficulté à utiliser le désert de l'Anbar comme point de départ pour ses attaques, a déclaré un responsable militaire irakien.

Le groupe a tenté d'établir un refuge dans le désert de l'Anbar, a déclaré à Diyaruna le commandant des opérations d'al-Jazeera, le général Qasim al-Mohammedi, mardi 10 octobre.

Il a tenté de trouver une place dans la zone désertique près de la ville d'al-Rotba, où il peut échapper aux bombardements aériens et aux opérations militaires, a-t-il dit.

Le groupe essaie de se redéployer dans le désert, profitant de sa vaste zone pour se cacher temporairement et en faire un canal pour attaquer les villes libérées telles que Ramadi, Heet et Kubaysa ", a dit al-Mohammedi.

L'EIIS a envahi l'Anbar en 2014 dans le désert, où il a rassemblé ses hommes armés, ses véhicules et ses armes, avant d'attaquer les grandes villes.

"Mais maintenant, la situation est différente", a-t-il affirmé. "En dépit de ses tentatives, le groupe a de grandes difficultés à exploiter à nouveau le désert".

"Nos forces mènent des campagnes et des offensives constantes dans le désert pour traquer les militants et détruire leurs camps et leurs bastions", a-t-il ajouté. "Les opérations de ratissage et de nettoyage donnent de bons résultats".

Nulle part où se cacher pour l'EIIS

Il ne sera pas facile pour l'EIIS de transférer ses centres de commandement et ses positions depuis les villes de Rawa et al-Qaïm à travers le désert, a indiqué al-Mohammedi.

Selon lui, tout mouvement de ce type est susceptible d'être détecté et ciblé par les forces aériennes irakiennes et de la coalition, notant que l'EIIS a moins d'endroits où se cacher.

"Le groupe a perdu environ 85% de ses capacités humaines et d'armes et il est confiné à une petite zone frontalière dans la partie la plus occidentale de l'Anbar", a-t-il déclaré, le qualifiant de "brisé et affaibli".

"Nos opérations militaires ont réduit la zone contrôlée par les terroristes dans cette région, connue sous le nom de la Haute Euphrate, qui s'étend jusqu'à la ville syrienne d'al-Raqa ", a-t-il dit.

"L'ennemi a encore des activités et des mouvements entre l'Irak et la Syrie, mais nos efforts continuent à restaurer le territoire encore sous contrôle terroriste et à limiter leur activité", a-t-il dit.

"Bientôt, nous libérerons nos villes et imposerons notre contrôle sur les frontières occidentales du pays dans leur intégralité, et nous ne laisserons pas le groupe s'infiltrer ou s'implanter n'importe où dans l'Anbar", a-t-il souligné.

Depuis le 19 septembre, les forces irakiennes se sont engagées dans une campagne militaire de grande envergure pour chasser l'EIIS des villes de l'ouest de l'Anbar.

Ils ont jusqu'à présent pu reprendre Anah, Akashat et al-Rayhanna.

Aimez-vous cet article?

Di icons no 1
* INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE
Captcha