http://diyaruna.com/fr/articles/cnmi_di/features/2016/08/23/feature-01

×
×

Économie |

Un programme de travail à Diyala pour aider les déplacés irakiens

Khalid al-Taie

Se connecter via Twitter Se connecter via Facebook

Des irakiens déplacés à l'intérieur du pays nettoient la rivière de Khouraysan dans la province de Diyala dans le cadre d'un programme provincial pour fournir des emplois aux personnes déplacées. [Photo de la page Facebook du membre du conseil provincial de Diyala Asmaa Kambash]

Le gouvernement local de Diyala déploie ses efforts pour assurer des emplois aux personnes déplacées dans la province dans le cadre d'un projet commun visant à améliorer les conditions de vie des familles déplacées par "l'Etat islamique en Irak et au Levant" (EIIL).

Trouver un emploi pour les familles déplacées est une «priorité absolue», a déclaré la présidente du comité des organisations du conseil provincial Asmaa Hamid Kambash.

"Nous mettons en œuvre le plus grand projet de son genre dans la province de Diyala pour fournir des emplois aux personnes déplacées dans la ville de Baqouba, avec l'aide directe des organismes gouvernementaux et plusieurs organisations internationales", a-t-elle déclaré à Diyaruna.

"Nous avons commencé la mise en œuvre du projet à la mi-Juillet, et il comprend un large éventail de programmes d'emploi pour les personnes déplacées, hommes et femmes confondus, ainsi qu'en faveur des jeunes et des chômeurs âgés", a-t-elle ajouté.

"L'un des programmes que nous avons déjà commencé, en coopération avec le Conseil danois pour les réfugiés a été l'emploi de 280 personnes déplacées pendant deux mois, pour un salaire quotidien de 12 dollars par personne déplacée, dans le nettoyage de la rivière de Khouraysan dans la ville de Baqouba", a indiqué Kambash.

"Après l'achèvement de ce travail, nous nous dirigerons vers la réalisation d'autres projets, comme la restauration et la plantation d'arbres ou l'aménagement de parcs publics", dit-elle.

"Il y a des emplois simples au sein du programme pour les groupes plus âgés, avec des quarts de travail de pas plus de cinq heures par jour", a noté Kambash.

Formation professionnelle et prêts

Le gouvernement local de Diyala a également lancé un programme avec les ministères du Travail et de la jeunesse pour enseigner les femmes et les filles déplacées des compétences telles que la couture, la coiffure et la cuisine, souligne Kambash.

"Le programme forme un groupe de 25 femmes déplacées tous les trois mois", a-t-elle dit, ajoutant qu'il fournit également un soutien financier, notamment les prêts à termes facilités en faveur des femmes qui veulent lancer des projets de petites entreprises.

Les montants de prêts vont de cinq millions dinars irakiens (4230 dollars) à 25 millions de dinars (21.150 dollars), selon les exigences du projet, à-t-elle fait savoir.

D'autres programmes sont en cours d'élaboration avec divers organismes des Nations Unies pour associer les résidents dans des projets de reconstruction d'infrastructures dans les zones libérées, dit-elle, et de canaliser leurs énergies dans la réhabilitation des infrastructures publiques, en particulier les écoles, les hôpitaux et les départements de service.

"Dans un premier temps, nous travaillons maintenant pour obtenir un emploi pour environ 11.000 personnes déplacées vivant à Baqouba", dit-elle. "Peu à peu, nous allons augmenter le nombre de bénéficiaires du projet ".

Le Département du Travail et des Affaires sociales à Diyala "est prêt à coopérer avec toutes les organisations humanitaires pour améliorer les conditions des familles déplacées et les aider à obtenir un bon travail", a déclaré le directeur Houmam al-Tamimi à Diyaruna.

"Notre département vise à permettre aux personnes déplacées de trouver des sources de revenus stables à travers leur participation à des programmes de formation et de perfectionnement professionnel. En plus, il leur fournit des prêts opérationnels souples et un soutien financier pour les groupes sociaux les plus pauvres", a-t-il noté.

"Nos efforts sont actuellement axés sur l'inclusion des familles déplacées et pauvres dans la province, avec l'aide financière accordée par le réseau de protection sociale", a-t-il souligné. "Jusqu'à présent, nous avons inclus au moins 35.000 familles réparties dans les différentes régions de Diyala."

"Nous travaillons sur l'inclusion de plus de familles avec des subventions", a-t-il ajouté.

Une assistance supplémentaire est nécessaire

Diyala "a besoin de plus de soutien du gouvernement pour améliorer la sécurité et la stabilité des déplacés et des familles qui retournent dans leur région d'origine pour élever leur niveau de vie", a déclaré le député irakien Raad al-Dahlaki, qui préside la commission parlementaire pour les personnes déplacées .

Il est nécessaire de créer des emplois et des sources de revenus pour les personnes déplacées et des rapatriés, a-t-il dit à Diyaruna, ainsi que de fournir une aide humanitaire et sociale pour "contribuer à l'atténuation de leurs souffrances".

Il a appelé les organisations internationales à accroître leur aide dans ce domaine.

Pendant ce temps, Ahmed Hazim, 26 ans, qui a été déplacé par l'EIIL, a dit qu'il était heureux d'être enfin en mesure d'obtenir un emploi à travers le projet d'emploi de Diyala.

"J'étais au chômage, mais maintenant je travaille avec beaucoup de personnes déplacées dans le nettoyage de Khouraysan pour un salaire journalier", dit-il. "J'ai commencé à faire de l'argent et de contribuer au revenu de ma famille. J'espère travailler en permanence et gagner plus d'argent".

Se connecter via Twitter Se connecter via Facebook
Aimez-vous cet article?
22
10

0 COMMENTAIRE (S)

Politique Commentaire Captcha