http://diyaruna.com/fr/articles/cnmi_di/features/2018/07/18/feature-01

Économie |

2018-07-18

L'Irak lance un programme pour autonomiser les DI

Di icons tw 35 Di icons fb 35

Des responsables de la province de Salaheddine supervisent le versement des prêts. [Photo fournie par le Service de la formation et de l'emploi de la province de Salaheddine]
Des responsables de la province de Salaheddine supervisent le versement des prêts. [Photo fournie par le Service de la formation et de l'emploi de la province de Salaheddine]

Le gouvernement irakien s'apprête à lancer un vaste programme de services pour assurer des sources de revenus aux déplacés internes (DI) qui reviennent chez eux.

Par le biais du programme « Un salaire contre un travail », le gouvernement souhaite renforcer le rôle des habitants dans la reconstruction et le développement de leurs régions après la défaire de « l'État islamique en Irak et en Syrie » (EIIS).

Ce programme s'adresse à toutes les personnes déplacées qui retournent dans les villes de l'Anbar, de Ninive, de Salaheddine, de Kirkouk, de Diyala et de la région de Bagdad et qui sont enregistrées dans la base de données du ministère du Travail, a expliqué Ammar Munim, porte-parole du ministère.


Des Irakiens déplacés s'apprêtent à monter dans un bus pour quitter leur camp et regagner leurs maisons dans la ville frontalière d'al-Qaim, dans l'ouest de l'Anbar. [Photo fournie par le ministère des Migrations et des Déplacements]

Des Irakiens déplacés s'apprêtent à monter dans un bus pour quitter leur camp et regagner leurs maisons dans la ville frontalière d'al-Qaim, dans l'ouest de l'Anbar. [Photo fournie par le ministère des Migrations et des Déplacements]

« L'idée est de fournir aux personnes qui rentrent un emploi temporaire et de mettre à profit leurs énergies pour reconstruire leurs villes », a-t-il précisé à Diyaruna.

Ces personnes pourront poser leur candidature pour des prêts avantageux qui les aideront à reconstruire et relancer leurs commerces, ce qui stimulera ensuite les économies locales, a-t-il poursuivi.

Alléger la charge sur les personnes qui reviennent

Ce programme doté de 200 millions de dollars est financé par la Banque mondiale et sera mis en œuvre par le ministère du Travail en coopération avec les ministères du Plan et des Finances et avec la participation d'organisations non gouvernementales.

Le ministère a terminé tous les préparatifs et assuré les besoins logistiques, a ajouté Munim, et « attend que les fonds soient transférés à notre ministère pour lancer le programme ».

« Nous espérons que ce programme permettra d'alléger le fardeau pesant sur le retour des habitants, d'améliorer leurs conditions de vie et de les impliquer dans les efforts de reconstruction de leurs villes et leur apportera la stabilité », a-t-il poursuivi.

Un autre objectif du programme est de motiver les autres Irakiens déplacés à rentrer, a déclaré Munim.

Pour cela, a-t-il continué, le gouvernement a fourni aux Irakiens déplacés une assistance financière et leur propose une formation professionnelle et des emplois.

Offre d'assistance et de soutien

Le ministère du Travail a proposé un traitement psychologique et des services de réinsertion à cette population, a-t-il poursuivi, pour les aider à surmonter les épreuves qu'ils ont traversées et leur permettre de se réinsérer dans la société.

« Nos services sont proposés à tous les DI, même après leur retour dans leurs foyers », a précisé Munim.

Le ministère du Travail a également lancé un programme destiné à encourager les familles enregistrées auprès du réseau de protection sociale à bénéficier des services de santé et d'éducation, a-t-il indiqué.

« Ce projet inclut des versements mensuels aux familles, à condition que cet argent soit exclusivement utilisé pour l'éducation et les soins de santé de leurs enfants », a-t-il indiqué ; les familles éligibles reçoivent 25 000 dinars (21 USD) par enfant.

Ce programme est actuellement piloté dans le quartier de Sadr City à Bagdad, a-t-il précisé, ajoutant que le ministère espère être en mesure de le déployer dans plusieurs zones pauvres, en particulier celles qui étaient sous le contrôle de l'EIIS.

Incitation au retour volontaire

« Tous nos services sont destinés aux DI », a spécifié Khalid Abdoul Karim, directeur du bureau de Ninive du ministère des Migrations et des Déplacements.

Les personnes déplacées sont encouragées à rentrer volontairement dans leurs régions, et tous les obstacles susceptibles d'empêcher leur retour font l'objet d'un traitement, a-t-il précisé à Diyaruna.

« Dans le cadre de nos missions, nous fournissons aux familles déplacées une aide alimentaire, assurons leur suivi par le biais d'un soutien psychologique et mettons à leur disposition des services d'éducation, de santé et d'autres formes d'aide humanitaire », a fait savoir Abdoul Karim.

« Nos services sont destinés à toutes ces familles, et nous suivons leur situation même après leur retour, en coopération avec les autres institutions et organisations compétentes », a-t-il ajouté.

Il reste encore près de 200 000 habitants de Ninive déplacés dans quatorze camps répartis dans l'ensemble de la province, et le gouvernement s'efforce de mettre un terme à cette crise.

Aimez-vous cet article?

5 Di icons no

2 COMMENTAIRE (S)

* INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE
Captcha
Comment bubble | 2018-10-19

Je suis un activiste civil travaillant avec une équipe de bénévoles dans une organisation non-gouvernementale. Nous espérons travailler avec vous pour la réussite de ce travail.

Répondre
محمد شاكر | 2018-07-23

Déplacés!

Répondre