2018-06-05

Les Etats-Unis boycottent l'organisme mondiale de désarmement en raison de la présidence syrienne

Les Etats-Unis ont annoncé qu'ils boycotteraient la session de mardi 5 juin de la Conférence sur le désarmement par crainte que la Syrie n'utilise sa présidence de l'organisme pour « normaliser » le régime, a rapporté l'AFP.

« Sur la base des tentatives répétées de la Syrie la semaine dernière à utiliser sa présidence de la Conférence sur le désarmement pour normaliser le régime et son comportement inacceptable et dangereux, nous ne participerons pas à la session d'aujourd'hui », a annoncé Robert Wood, l'ambassadeur américain à l'organisme basé à Genève, dans un communiqué.

Et d'ajouter « nous continuerons à défendre les 'intérêts' américains au sein de l'organisme de désarmement », souligne-t-il.

La Syrie a assumé la semaine dernière la présidence de quatre semaines par rotation de l'organisme, qui selon une pratique datant de quelques décennies entre ses 65 membres suit l'ordre alphabétique des noms des payes en anglais.

Wood était présent lors de la première session plénière sous la présidence de la Syrie depuis une semaine, lorsqu'il a saisi l'opportunité pour mener un nombre de pays à protester sur ce qu'il a décrit comme « une travestie ».

En dépit de la nature mécanique de l'arrivé de la Syrie à la tête de la conférence de désarmement, après la Suisse et la Suède, un nombre de pays ont exprimé leur mécontentement qu'un représentant de Damas préside l'organisme qui négociait l'interdiction d'armes chimiques.

Après la mort de centaine de pays dans les attaques chimiques près de Damas en 2013, un accord a été conclu avec la Russie pour débarrasser la Syrie d'armes chimiques.

Mais l'ONU et les pays occidentaux ont accusé Damas d'avoir mené un nombre d'attaques chimiques depuis lors.

Une attaque suspecte au chlore et sarin dans la ville syrienne de Douma le 7 avril cette annéea provoqué des frappes de missiles répressives contre les sites d'armes chimiques présumés en Syrie par les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et la France.

Aimez-vous cet article?

0 Di icons no
* INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE
Captcha