http://diyaruna.com/fr/articles/cnmi_di/features/2019/01/01/feature-01

Sécurité |

Les renseignements irakiens bloquent les tentatives de recrutement de l'EIIS

Khalid al-Taie

Di icons tw 35 Di icons fb 35

Des responsables de la sécurité irakienne escortent des éléments de l'EIIS accusés d'avoir fait venir des kamikazes à Bagdad. [Photo fournie par le ministère irakien de la Défense]

L'appareil des renseignements irakiens bloque activement les tentatives de recrutement de « l'État islamique en Irak et en Syrie » (EIIS), ont expliqué des spécialistes et des responsables à Diyaruna.

« L'ennemi tente d'attirer à tout prix de nouveaux membres, mais grâce à la forte réactivité des renseignements militaires, ses tentatives ont toutes échoué », a déclaré le major général Tahseen al-Khafaji, porte-parole du ministère de la Défense.

Cela empêche l'EIIS de se regrouper et de regagner des forces, a-t-il poursuivi.

Les forces irakiennes ont arrêté en novembre trois membres d'une cellule de l'EIIS qui cherchaient à recruter de nouveaux éléments à Badoush, au nord de Mossoul. [Photo fournie par la Direction irakienne des renseignements militaires]

La surveillance et la traque des éléments de l'EIIS permettent la détection précoce des activités malveillantes, a-t-il dit, « et les auteurs responsables du recrutement ou de la propagation des idéologies extrémistes sont traduits en justice ».

C'est ainsi que le 11 décembre, les services de renseignement ont arrêté trois membres d'une cellule qui recrutait pour le compte de l'EIIS dans le quartier al-Mansour de Bagdad, a-t-il poursuivi.

Les membres de cette cellule faisaient l'objet d'une étroite surveillance après que les autorités eurent reçu des informations selon lesquelles ils recrutaient des jeunes pour les envoyer rejoindre le groupe extrémiste, a expliqué al-Khafaji.

« Ses membres furent immédiatement identifiés et capturés lors d'une opération sophistiquée à la fois secrète et hautement professionnelle », a-t-il poursuivi.

Bloquer les efforts de recrutement

Les efforts sécuritaires visant à infiltrer l'EIIS de l'intérieur ont atteint un haut niveau et ont permis de démanteler plusieurs cellules du groupe, a précisé al-Khafaji.

Typiquement, l'EIIS tente de recruter de nouveaux combattants sur internet, et a réussi par le passé à inciter des Irakiens et des combattants étrangers à rejoindre le groupe de cette manière.

Mais le groupe connaît des difficultés à recruter parce que ses membres sont surveillés sur les réseaux sociaux.

Le groupe tente maintenant de chercher de nouvelles recrues dans les camps de réfugiés dans des régions où la sécurité demeure fragile, a expliqué à Diyaruna le professeur de science politique Khalid Abdoul-Ilah.

Les recruteurs de l'EIIS « font directement appel aux enfants des membres du groupe tombés au combat ou arrêtés, pour les attirer et les inciter à chercher vengeance », a-t-il précisé.

Pour bloquer ces tentatives, « les services de renseignement irakiens prennent des mesures pour empêcher les terroristes de payer les familles de l'EIIS en échange de leur loyauté et du recrutement de leurs enfants », a poursuivi Abdoul-Ilah.

Parmi les récents succès se trouve l'arrestation le 8 décembre d'un recruteur et « promoteur média » de l'EIIS dans la région d'Hammam al-Alil, au sud de Mossoul, a-t-il rapporté.

Lors d'un autre incident, le 17 novembre, les services de renseignement ont arrêté trois individus recherchés à Badoush, au nord de Mossoul, lesquels avaient tenté de recruter d'autres jeunes pour former une cellule terroriste dans la ville, a-t-il ajouté.

Une stratégie complète est nécessaire

Abdoul-Ilah a souligné l'importance qu'il y a à s'assurer que l'EIIS n'exerce aucune influence sur les familles de ses combattants anciens ou actifs, afin qu'il n'y ait aucune chance qu'émerge une nouvelle opportunité pour une nouvelle génération de terroristes.

Il a appelé à une stratégie complète destinée à empêcher que les fils de membres de l'EIIS ne rejoignent le groupe et marchent dans les traces de leurs pères.

« Le gouvernement ne devrait pas uniquement tabler sur les efforts sécuritaires et de renseignements, qui sont certes importants, mais il devrait également se pencher sur la réintégration et l'éducation de ces enfants, parce que c'est un point critique », a-t-il poursuivi.

« La vie sous l'EIIS était douloureuse et remplie de tragédies pour les personnes qui se trouvaient sous le contrôle du groupe », a expliqué Mahmoud al-Jabouri, président du comité de sécurité du conseil provincial de Ninive.

« Ceux qui ont dû endurer ces souffrances ne pensent certainement pas à rejoindre le groupe », a-t-il expliqué à Diyaruna. « Mais les enfants des familles de l'EIIS ont plus de chances de rejoindre le groupe. »

Les services de renseignement sont pleinement conscients de cette possibilité, a-t-il poursuivi, « et ils font leur travail avec un niveau élevé de responsabilités pour traquer et viser recruteurs et partisans ».

« Par ailleurs, nous savons que ces familles doivent être prises en charge socialement, culturellement et psychologiquement afin qu'elles ne deviennent pas la proie des terroristes », a-t-il conclu.

Aimez-vous cet article?
123
9
Di icons no

3 COMMENTAIRE (S)

Politique Commentaire Captcha
Comment bubble | 2019-01-08

Bien joué! Que Dieu bénisse les efforts des services de renseignement et de toutes les forces de sécurité! En ce qui concerne la question des camps, le gouvernement doit prendre des mesures immédiates pour repousser ces mauvais exemples. Nous devrions prendre en compte le fait que dans ces camps, il y a des enfants d’éléments de l'EIIS âgés de plus de 10 ans qui portaient la tenue islamique et avaient pris des photos de cela. Ceux-ci doivent être traités immédiatement, et je suis convaincu que vous le ferez!

Répondre
Comment bubble | 2019-01-07

Que Dieu bénisse vos offerts de renseignements militaires et de tous les irakiens honnêtes !

Répondre
Comment bubble | 2019-01-03

C'est une question extrêmement importante.

Répondre