Élections |

2018-10-03

Le nouveau Premier ministre irakien doit former son gouvernement

Di icons tw 35 Di icons fb 35

Le nouveau futur Premier ministre irakien Adel Abdel Mahdi (deuxième à partir de la gauche) sort du parlement irakien avec le président récemment élu Barham Saleh à Bagdad le 2 octobre. [Ahmad al-Rubaye/AFP] 
Le nouveau futur Premier ministre irakien Adel Abdel Mahdi (deuxième à partir de la gauche) sort du parlement irakien avec le président récemment élu Barham Saleh à Bagdad le 2 octobre. [Ahmad al-Rubaye/AFP] 

Le vétéran politique irakien et Premier ministre désigné Adel Abdel Mahdi a débuté mercredi 3 octobre la difficile tâche de former le prochain gouvernement, cherchant à surmonter les profonds différends et à unir les partis politiques.

Mardi, quelques heures seulement après avoir été élu et à la surprise générale, le nouveau président Barham Saleh a confié à Abdel Mahdi la difficile mission de démêler la situation politique complexe de l'Iran pour former un nouveau gouvernement sous 30 jours.

Saleh, 58 ans, est arrivé au poste de président de l'Irak mardi soir à l'occasion d'un vote au parlement, balayant son principal rival Fouad Hussein par 219 voix contre 22.

De tendance modérée, il a servi comme vice-Premier ministre irakien sous Nouri al-Maliki et comme chef du gouvernement régional kurde.

Chiite natif de Bagdad et âgé de 76 ans, Abdel Mahdi est considéré comme un indépendant. Économiste de formation ayant tenu le portefeuille du pétrole, il sera en mesure de s'appuyer sur les années d'expérience que lui confèrent sa position d'acteur régulier sur la scène politique et diplomatique irakienne.

Plusieurs blocs politiques différents au parlement irakien se sont affrontés pour le pouvoir à la suite des élections législatives du 12 mai, qui ont bloqué la formation d'un nouveau gouvernement.

Un système de partage des pouvoirs

L'Irak possède un système proportionnel destiné à prévenir tout glissement vers la dictature.

Le rôle de président, essentiellement protocolaire et désormais occupé par Saleh, est réservé aux Kurdes depuis les premières élections multipartites en Irak en 2005.

Aux termes de cet accord de partage des pouvoirs, le poste de Premier ministre est tenu par un chiite, et le président du parlement est un arabe sunnite, un poste qu'occupait le mois dernier Mohammed al-Halbusi.

Abdel Mahdi, ancien vice-président irakien, a démontré ses qualifications politiques et est considéré comme un rare exemple de consensus. On lui prête de bonnes relations avec plusieurs leaders kurdes.

Économiste de formation, il a reçu le soutien des leaders des États-Unis et de l'Union européenne. En 2014, il avait occupé le poste de ministre du Pétrole sous al-Abadi, avant de démissionner deux ans plus tard.

Il a désormais 30 jours pour naviguer démêler la situation politique irakienne et former un gouvernement. S'il échoue, un autre candidat sera alors choisi.

Répondant au message de félicitation du Premier ministre sortant Haider al-Abadi, Abdel Mahdi a indiqué qu'il était prudent quant à la tâche à venir, parlant de « lourde responsabilité ».

Aimez-vous cet article?

52 Di icons no

6 COMMENTAIRE (S)

* INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE
Captcha
Comment bubble | 2018-10-11

Nous espérons qu'il n'y aura pas de parties. S'il y'a plusieurs partis politiques en Irak, le pays sera détruit. Car les partis sont derrière la destruction de l'Irak, en particulier les pauvres irakiens. Ils ont tout volé. Que Dieu les maudisse ! Je vous ramène les bonnes nouvelles que la victoire de Dieu viendra. Laissez-les attendre le pouvoir de Dieu contre eux. Dieu est le Tout Puissant. Ils verront un énorme feu car ils sont injustes. Dieu les humiliera à cause de leurs propres actes.

Répondre
Comment bubble | 2018-10-08

Sayyid Adel, l'icône des médias, mérite cela. C'est un homme honnête.

Répondre
Bubble reply | 2018-10-11

Nous espérons que le frère Adel choisira son cabinet à l'extérieur des partis.

Répondre
Comment bubble | 2018-10-06

Nous prions Dieu le tout puissant de renforcer les politiciens et dirigeants irakiens, et d'avoir un Irak prospère où il n'y a pas de chômage, pauvreté ou nécessité. Nous prions aussi Dieu d'éloigner tous les maux loin de nous et nous aider à vivre en paix et sécurité et ouvrir les nominations. Merci.

Répondre
Comment bubble | 2018-10-05

Quoi de neuf sur cet article ?!!

Répondre
Comment bubble | 2018-10-05

Adel "Zawiya" - rien de bien ne peut venir de lui.

Répondre