http://diyaruna.com/fr/articles/cnmi_di/features/2018/03/08/feature-02

Élections |

2018-03-08

Irak : les déplacés internes voteront aux prochaines élections

Di icons tw 35 Di icons fb 35

Des membres des forces irakiennes en faction alors que des électeurs se présentent à un bureau de vote à Sadr City à Bagdad lors des élections générales du 30 avril 2014. [Ahmad al-Rubaye/AFP]
Des membres des forces irakiennes en faction alors que des électeurs se présentent à un bureau de vote à Sadr City à Bagdad lors des élections générales du 30 avril 2014. [Ahmad al-Rubaye/AFP]

Les Irakiens seront appelés aux urnes le 12 mai à l'occasion des quatrièmes élections parlementaires depuis 2005, les premières depuis que l'Irak a déclaré la victoire sur « l'État islamique en Irak et en Syrie » (EIIS).

Durant les deux mois qui précèdent ces élections, le gouvernement s'efforcera de répondre à l'un des grands enjeux des élections : veiller à ce que les déplacés internes (DI) puissent exercer leur droit à voter.

Ces trois dernières années, près de cinq millions d'Irakiens ont été déplacés par l'EIIS, la moitié ayant maintenant réintégré ses foyers dans les zones libérées.

Les autres, essentiellement originaires de la province de Ninive, se trouvent encore dans des camps de déplacés, car leurs maisons et les services de base dans leurs régions ont été totalement détruits.

Garantir le droit de vote

La Commission électorale de Ninive veille à « garantir qu'aucun électeur éligible, en particulier aucun déplacé interne, ne perde son droit de vote », a expliqué à Diyaruna Farhan al-Kiki, porte-parole de cette commission.

La première phase du programme de la commission visant à faciliter le processus électoral portera sur la mise en place des 140 bureaux de vote destinés à accueillir les électeurs le jour du scrutin, a-t-il expliqué, dont 80 sont déjà en place.

« Ces bureaux sont répartis entre les divers districts et quartiers de la province, notamment les parties est et ouest de Mossoul », a-t-il poursuivi.

La commission distribuera les cartes d'électeurs, a ajouté al-Kiki, et travaille avec les autorités gouvernementales pour s'assurer que ces cartes sont bien remises aux DI pour leur permettre de participer au scrutin.

Durant la seconde phase du programme, qui concernera les opérations logistiques et techniques le jour de l'élection, a-t-il précisé, « la commission s'assurera que tout est bien en place pour que les électeurs puissent voter sans aucun problème ».

Al-Kiki s'est dit optimiste sur le fait que ces élections verront une forte participation, soulignant que « lors des précédents scrutins, les conditions étaient très difficiles et même alors, les gens étaient allés voter ».

« Aujourd'hui, la situation est plus favorable ... raison pour laquelle nous espérons que la participation sera élevée », a-t-il poursuivi.

Vérifier l'identité des DI

Le ministère des Migrations et des Déplacements travaillera de concert avec la commission électorale pour veiller à ce que le processus électoral se déroule sans problème, a expliqué à Diyaruna Khaled Abdoul Karim, directeur des services du ministère à Ninive.

« Nous avons mis en place une base de données des DI, que nous utiliserons lors de ces élections », a-t-il expliqué. « Nous procédons actuellement à un recensement détaillé de tous les déplacés internes âgés de 18 ans et plus, l'âge légal pour voter, qui vivent dans des camps de déplacés et dans des refuges. »

À titre de première estimation, le ministère a réussi à collecter les données sur plus de 50 000 DI éligibles au scrutin, a-t-il expliqué, soulignant que ces données précisent la date et le lieu de naissance, ainsi que d'autres informations personnelles.

« Une fois cette collecte de données terminée, nous la soumettrons à la commission électorale pour lui permettre de confirmer l'identité des électeurs », a-t-il précisé.

« Notre province compte le plus grand nombre de déplacés internes répartis dans plusieurs grands camps », a expliqué Hussain Shabib, membre du conseil provincial de Ninive, à Diyaruna.

Chacun de ces camps doit disposer d'au moins un bureau de vote, a-t-il précisé, soulignant l'importance qu'il y a à ouvrir suffisamment de bureaux de vote.

« Une responsabilité nationale »

« Nous sommes optimistes quant au fait que les Irakiens de toutes classes et confessions participeront en masse aux prochaines élections », a expliqué pour sa part le député irakien Ali al-Allaq à Diyaruna.

Cet optimisme se fonde sur le fort taux de demandes de cartes d'électeurs à Bagdad et dans d'autres provinces, a-t-il poursuivi.

« L'enthousiasme des citoyens et leur détermination à participer augmentent de jour en jour à l'approche de la date de ces élections, et ils sentent que leur participation est une responsabilité nationale », a ajouté al-Allaq.

Malgré des éruptions sporadiques de violence de la part des résidus de l'EIIS, la situation sécuritaire s'est fortement améliorée dans tout l'Irak.

« La situation est aujourd'hui globalement stable et sûre, grâce à la large victoire remportée sur le terrorisme, ce qui sera très certainement une forte incitation pour les électeurs », a ajouté al-Allaq.

Pour ceux qui souhaitent apporter des changements positifs, les élections sont « un outil démocratique dont disposent les citoyens pour améliorer leur réalité quotidienne », a-t-il conclu.

Aimez-vous cet article?

2 Di icons no

0 COMMENTAIRE (S)

* INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE
Captcha