Sécurité |
2018-01-12

Les cloches d'une église signalent la reconstruction de Tel Eskof


Des chrétiens irakiens assistent à la messe à l'église de Mar Korkis, à Tel Eskof, une ville au nord de Mossoul dans la province de Ninive. [Photo fournie par le site internet de Tel Eskof]
Des chrétiens irakiens assistent à la messe à l'église de Mar Korkis, à Tel Eskof, une ville au nord de Mossoul dans la province de Ninive. [Photo fournie par le site internet de Tel Eskof]

Lorsqu'il a envahi le nord de l'Irak en août 2014, « l'État islamique » (Daech) a capturé la ville de Tel Eskof, dans la province de Ninive, profanant ses églises et forçant ses nombreux résidents chrétiens à fuir.

Depuis le 3 mai 2016, lorsque les forces peshmergas ont chassé Daech de cette ville au nord de Mossoul, les habitants reviennent et participent aux actions de reconstruction et de restauration de leurs lieux de culte, avec l'aide de voisins d'autres religions.

L'église Mar Korkis, la plus grande de la ville, a rouvert en décembre, après six mois de travaux de rénovation, à temps pour la fête chrétienne de Noël.

« C'est la première église réhabilitée de notre ville », a déclaré à Diyaruna le révérend Salar Suleiman Boudagh. « C'est un signe d'espoir pour tous les habitants, quelle que soit leur religion. »

Cela montre que « la paix est possible », a-t-il indiqué. « Nous pouvons espérer une nouvelle vie où le terrorisme et la violence n'ont pas de place. »

L'église, qui a subi de lourds dégâts aux mains de Daech, a été reconstruite avec le soutien de bénévoles et de donateurs internationaux.

« Nous avons tout rénové, y compris le plafond, les marbres, les portes et les décorations murales », a fait savoir Boudagh, ajoutant que de nouveaux autels et de nouveaux pupitres ont été installés, et les systèmes d'eau et d'électricité ont été réparés.

« Les fidèles peuvent désormais aller à l'église et participer aux rituels en sécurité et avec une joie visible », a-t-il rapporté, notant que des responsables cherchent à réhabiliter l'autre église de la ville, Mar Jacob.

« Un merveilleux exemple »

Les services publics sont fonctionnels à Tel Eskof, grâce au rétablissement des services municipaux et d'électricité, et la réhabilitation des bâtiments de santé et d'éducation.

Le rétablissement des services, ainsi que la situation de sécurité grandement améliorée, a encouragé les habitants déplacés à revenir chez eux, a rapporté Duraid Hikmat Tobia, conseiller du gouverneur de Ninive.

« Les résidents déplacés de Tel Eskof, qui seraient au nombre de 900 familles, sont tous revenus dans leurs foyers », a-t-il indiqué à Diyaruna.

La ville est désormais « un merveilleux exemple » de la façon dont les villes qui ont souffert de la brutalité de Daech peuvent reprendre une vie normale, a-t-il déclaré, exprimant l'espoir que « d'autres villes suivent une trajectoire similaire pour contrer le déplacement forcé ».

« Le retour des habitants chez eux, et leur capacité à continuer à vivre leurs vies et leurs rituels quotidiens marque le début de la fin d'une sombre période », a-t-il ajouté.

Les cloches ont à nouveau sonné dans l'église de Mar Korkis, après plus de trois ans de silence, annonçant une nouvelle ère de travail et de reconstruction, a-t-il affirmé.

Restauration des villes de Ninive

Le conseil provincial de Ninive a conçu un programme de travail pour la restauration d'autres villes de la province, a indiqué Binyan al-Jarba, membre du comité de sécurité du conseil, à Diyaruna.

L'objectif est de mobiliser des ressources afin d'améliorer les conditions dans les villes et les régions aux populations diverses, de faire revenir les habitants déplacés dans leurs villes d'origine, et de garantir la stabilité, a-t-il expliqué.

Ce nouveau programme représente « une stratégie complète de réforme et de développement à tous les niveaux », a-t-il poursuivi.

Ninive est « unique dans sa composition ethnique », a indiqué al-Jarba, notant qu'il est important que la province préserve cela et renforce le tissu social que Daech a cherché à déchirer.

Depuis sa libération, a-t-il déclaré, Tel Eskof a fait un long chemin vers la stabilité.

« Le retour de la population locale et des fêtes auxquelles ont participé des chrétiens et des musulmans, ainsi que des fidèles d'autres fois, donne une impression positive », a-t-il affirmé.

« Nous espérons que nos villes retrouveront leur gloire passée », a-t-il déclaré. « Nous pouvons voir des améliorations sur le terrain chaque jour, et c'est cela que nous voulons. »

Aimez-vous cet article?

1 Di icons no
* INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE
Captcha