Sécurité |
2017-11-17

L'Irak accueille les chefs tribaux pour apaiser les conflits causés par l'EIIS

  • * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE


Les forces irakiennes occupent une position le 4 novembre près de la frontière syrienne après avoir repris la veille la ville frontalière d'Al-Qaim, à l'ouest de l'Anbar, de 'l'Etat islamique en Irak et en Syrie'. [Ahmad al-Rubaye / AFP]
Les forces irakiennes occupent une position le 4 novembre près de la frontière syrienne après avoir repris la veille la ville frontalière d'Al-Qaim, à l'ouest de l'Anbar, de 'l'Etat islamique en Irak et en Syrie'. [Ahmad al-Rubaye / AFP]

Le gouvernement irakien travaillera avec les dignitaires tribaux pour régler les différends et stabiliser les communautés locales libérées de "l'Etat islamique en Irak et en Syrie" (EIIS), a indiqué une source tribale vendredi 17 novembre.

"Le gouvernement a sélectionné 41 dignitaires de différentes tribus à travers le pays", a déclaré cheikh Abdullah al-Jughaifi, chef de tribu dans la ville de Haditha et chef d'Ahrar al-Furat.

Ces dignitaires, appelés "Arifa" selon les coutumes tribales, comprennent trois de la province de l'Anbar, a-t-il dit à Diyaruna.

"Les Arifas sont des personnalités connues parmi leurs tribus et leurs communautés pour leurs positions nationales et positives, et ont obtenu l'approbation des ministères de l'Intérieur et de la Justice", a-t-il déclaré.

Ils aideront les notaires, les juges et les services de sécurité à résoudre les conflits tribaux et à renforcer la stabilité dans les villes libérées de l'EIIS, a indiqué al-Jughaifi.

Régler les désaccords

Les dignitaires tribaux travailleront également à mettre fin aux désaccords et rivalités entre les membres des tribus provoquées par les éléments de l'EIIS lors de leur contrôle de grandes parties du pays, a-t-il dit.

Al-Jughaifi a souligné la nécessité de résoudre tous les problèmes en suspens qui, faute de résolution, "pourraient avoir un impact négatif sur les victoires remportées contre les terroristes et retarder les efforts de restauration de la stabilité".

Lors de son invasion de l'Irak à l'été 2014, l'EIIS a cherché à gagner la loyauté des tribus dans les zones qu'il a capturées. Certains membres de ces tribus se sont enrôlés pour combattre aux côtés des combattants étrangers du groupe.

Ces combattants locaux, que l'EIIS a appelés al-Ansar (partisans), ont pris part à des actes de violence comprenant des meurtres, des déplacements forcés et des attaques contre des biens à l'intérieur et à l'extérieur de leurs communautés locales.

"Aujourd'hui, nous nous sommes libérés de ce groupe brutal après des sacrifices coûteux", a déclaré al-Jughaifi. "Maintenant, nous voulons nettoyer tout le reste des terroristes et ne pas leur permettre de profiter de tout désaccord."

"Tout comme nous avons uni nos forces pour les vaincre, nous allons tous travailler ensemble pour effacer leurs effets et nous consacrer à la reconstruction", a-t-il dit.

Aimez-vous cet article?

Di icons no 2
* INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE
Captcha