Sécurité |
2017-07-03

Les réfugiés chrétiens d'Irak comment à rentrer chez eux


Un membre d'une milice chrétienne chargée de la protection de la ville irakienne de Qaraqosh (Hamdaniya), à majorité chrétienne, prie devant l'autel d'une église vide le 5 mai. « L'État islamique » a été chassé de Qaraqosh en 2016. [Fadel Senna/AFP]
Un membre d'une milice chrétienne chargée de la protection de la ville irakienne de Qaraqosh (Hamdaniya), à majorité chrétienne, prie devant l'autel d'une église vide le 5 mai. « L'État islamique » a été chassé de Qaraqosh en 2016. [Fadel Senna/AFP]

Des familles irakiennes chrétiennes chassées de leurs foyers par les persécutions religieuses de « l'État islamique » (Daech) reviennent progressivement depuis les pays voisins, ont indiqué des responsables irakiens à Diyaruna.

La décision de rentrer dans leur pays est en grande partie liée à l'amélioration de la sécurité dans les zones libérées du groupe, notamment dans la province de Ninive, ont-ils fait savoir.

Rayan al-Kaldani, secrétaire général des Brigades de Babylone, a expliqué à Diyaruna qu'il travaille avec des responsables chrétiens locaux pour rapatrier des centaines de familles irakiennes chrétiennes dont les demandes d'asile dans des pays voisins ont été rejetées.

Les Brigades de Babylone sont une milice qui combat Daech

Ce refus d'asile « les a laissés dans un état incertain, car ils ne peuvent ni rentrer chez eux ni se permettre de rester dans ces pays d'accueil », a expliqué al-Kaldani.

Lors d'une récente visite à Beyrouth, al-Kaldani a déclaré avoir directement supervisé le rapatriement de 63 familles chrétiennes déplacées, sur un total de 1 800 qui commenceront graduellement à rentrer en Irak.

Il a précisé que l'ambassade d'Irak à Beyrouth n'a pas pris les mesures nécessaires pour faciliter leur retour, comme l'annulation des frais que les familles doivent payer.

Ceux-ci peuvent aller de 350 à 400 dollars par personne, a-t-il précisé.

« Avec le soutien de chrétiens aisés en Irak, la plupart de ces problèmes ont été résolus », a-t-il indiqué, ajoutant qu'il avait mis en place un comité spécial pour acquitter les frais de nombres de ces familles.

Cette aide comprend la résolution des problèmes juridiques qui entravaient le retour des chrétiens irakiens, et l'obtention de billets pour leur vol de Beyrouth à Bagdad.

« La plupart des personnes rentrant sont originaires de la plaine de Ninive, dans la province de Ninive, et elles rentrent dans leurs villes et villages libérés avec l'aide des forces de sécurité irakiennes », a-t-il ajouté.

Cet effort de rapatriement des réfugiés exige de coordonner les actions avec le gouvernement, a-t-il souligné, car c'est plus que ne peuvent réaliser par elles-mêmes les initiatives de la société civile et des personnes.

Appel au soutien gouvernemental

La communauté chrétienne a des racines profondes en Irak, a déclaré le député irakien Joseph Saliwa, appelant le gouvernement à allouer davantage de ressources pour répondre à leur détresse.

Salyou, qui représente la communauté chrétienne au parlement, a déclaré à Diyaruna qu'il avait appelé les autorités gouvernementales à s'occuper du rapatriement des réfugiés, à garantir le paiement des frais et à garantir leur transport.

Le ministère des Transports n'a pas encore répondu à une demande de réservation de billets sur Iraqi Airways pour rapatrier des chrétiens irakiens depuis Beyrouth, a-t-il indiqué à Diyaruna.

« Le ministère irakien des Affaires étrangères n'a également pas apporté l'aide nécessaire pour rapatrier les chrétiens, non seulement depuis Beyrouth, mais aussi depuis d'autres pays voisins comme la Turquie et la Jordanie », a-t-il poursuivi.

Thanoun Younis Yousef, directeur du district de Bashiqa, a déclaré à Diyaruna que sa ville, qui accueillait par le passé une importante population chrétienne, attendait désormais leur retour.

Les habitants de Bashiqa et d'autres zones de Ninive travaillent ensemble « pour que l'unité puisse à nouveau régner, comme c'était le cas avant l'émergence de Daech », a-t-il affirmé.

Aimez-vous cet article?

6 Di icons no
* INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE
Captcha

Di blue bubble 1 COMMENTAIRE (S)

يونس | 2018-02-27

Ce ne sont pas des milices; elles sont, plutôt, les branches de la mobilisation populaire.

Répondre