Religion |
2016-12-30

L'Anbar rétablit son contrôle sur les tribunes des mosquées

  • * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE


Les forces irakiennes sécurisent une zone près de la Grande Mosquée à Ramadi le 8 janvier dernier, après avoir repris la ville à "l'Etat islamique en Irak et au Levant". [AFP PHOTO/STR]
Les forces irakiennes sécurisent une zone près de la Grande Mosquée à Ramadi le 8 janvier dernier, après avoir repris la ville à "l'Etat islamique en Irak et au Levant". [AFP PHOTO/STR]

Les clercs, imams, conseils de districts et membres des forces de sécurité de l'Anbar travaillent ensemble pour rétablir le contrôle sur les tribunes des mosquées pour empêcher les prêcheurs extrémistes de les utiliser pour disséminer le discours de la haine et inciter à la violence.

Le conseil provincial de l'Anbar a récemment créé un comité conjoint composé de membres de la Dotation Sunnite, les conseils de districts et les forces de police pour superviser la sélection de prédicateurs et imams dans les mosquées à travers la province.

Les membres du comité comprennent les maires de plusieurs villes de l'Anbar, un chef tribal et un imam, a affirmé le membre du comité de dotations du conseil provincial Nasser Sami Jareesi à Diyaruna.

« Le vrai début vers le développement des communautés et la paix civile à l'Anbar sera par la résolution du problème principal, qui est le discours religieux et médiatique utilisé par "l'Etat islamique en Irak et au Levant" (EIIL) pour inciter aux conflits et la discorde sectaires », a-t-il poursuivi.

L'Anbar doit être inoculé contre une autre éruption du sectarisme et extrémisme, a-t-il ajouté, puisqu'il « vient de traverser la guerre et le déplacement et doit encore se ressaisir ».

« Il y a des prédicateurs et imams qui ont occupé les mosquées et les lieux de prière et ont ouvert des maisons d'hôtes religieuses non autorisées dans les villes de l'Anbar, en particulier Ramadi, Falloujah et les zones rurales et villages », a-t-il dit.

Sous un nouveau plan qui donne des conseils pour les sermons de vendredi, poursuit-il, les tribunes des mosquées seront utilisées pour inviter les résidents à coopérer avec les forces irakiennes et les informer sur les questions importantes qui demandent leur attention.

Les conventions populaires seront tenues pour trouver des solutions à tous les problèmes et obstacles qui peuvent surgir dans l'Anbar, a-t-il ajouté.

L'idéologie corrosive de l'EIIL

« Les conditions subies par les villes de l'Anbar les trois dernières semaines, des attaques terroristes aux meurtres et la destruction, sont le résultat de l'idéologie et la doctrine de l'EIIL, qui envahi le pays et son peuple », a déclaré Cheikh Abdoullah al-Ayed al-Rawi de l'administration des Dotations Sunnites à l'Anbar.

En raison de la propagation de cette idéologie perverse, des milliers de familles ont été déplacées de leurs maisons sans que ce soit de leur faute, a-t-il affirmé à Diyaruna.

Cela exige que toutes les parties, y compris les imams et prédicateurs de mosquées, prennent « une position sérieuse et décisive » pour la confronter et prévenir sa propagation, dit-il.

« Le discours religieux dans les mosquées de l'Anbar sera désormais unifié », a-t-il confié, ajoutant que quiconque incite à la discorde et la violence ne sera pas permis d'accéder aux tribunes et il devra répondre de ses actes.

Les comités de dotations seront responsables de la sélection des prédicateurs pour les sermons de vendredi dans toutes les mosquées, a précisé al-Rawi.

L'EIIL utilisait la rhétorique extrémiste qui encourageait le sectarisme et justifiait le meurtre de civils qui ont été accusés de collaborer avec les forces irakiennes et sa désignation de personnel de sécurité « d'apostats », a déclaré Cheikh Ahmed Shehab al-Alwani, imam et prédicateur dans l'ancienne mosquée à Ramadi.

Lorsque le groupe a occupé les mosquées et lieux de prière à l'Anbar, il a changé leurs noms, créant des cours pour endoctriner les enfants et ont banni certaines prières « dans une claire distorsion de l'Islam », a affirmé al-Alwani à Diyaruna.

« Les forces de sécurité, les comités populaires et gouvernementales contrôleront ceux qui se tiennent derrière les tribunes des mosquées, organiseront des séminaires religieux et imprimeront même des livres de la sharia et de l'Islam pour prévenir toute incitation à la violence et réhabiliter les esprits contaminés par l'idéologie terroriste », a-t-il dit.

Les mosquées et mausolées détruits

« Des dizaines de mosquées ont été détruites par l'organisation terroriste l'EIIL », a fait savoir le commandant des combattants tribaux à Ramadi Cheikh Hamid Badran Theyabi.

Cela donne « une preuve claire de ses crimes contre les lieux de prière et [démontre] qu'il ne connaît pas le sens de l'Islam et de la religion », poursuit-il à Diyaruna. « Comment peut une personne saine d'esprit se tenir debout dans une tribune de mosquée et ensuite, après avoir fui les villes de l'Anbar, la faire exploser en utilisant des engins explosifs improvisés? »

« L'EIIL a une idéologie et une doctrine très dangereuses de faire exploser les mosquées, les sites religieux et les tombes des prophètes et messagers de Dieu », a-t-il ajouté.

Le groupe a fait exploser la mosquée du prophète Younis à Mossoul, a déclaré l'imam d'Al-Khodr à Ramadi et le minaret de la mosquée du district d'Annah dans l'ouest de l'Anbar, entre autres, dit-il, « qui est la plus grande preuve qu'il ne connaît rien de l'Islam ».

« Les livres religieux qui ont été distribués aux gens de l'Anbar, dont Ramadi, par l'EIIL sont des livres contaminés avec des concepts erronés », dit-il.

Le groupe a également forcé les gens à entrer dans les mosquées, faire la prière et écouter les sermons donnés par des éléments qu'il a ramené d'autres zones pour remplacer les prédicateurs et imams locaux, conclut-il.

Aimez-vous cet article?

Di icons no 1
* INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE
Captcha

Di blue bubble 1 COMMENTAIRE (S)

| 2017-01-05

L'ennemi a été vaincu et l'Irak est toujours là ! Nous attendons maintenant les cloches de la victoire finale. Lorsqu'elles sonneront, nous déclarerons la mort clinique de l'EIIL, et le rêve du califat qu'ils avaient dans leurs têtes maudites retournera au passé.

Répondre