HRW: le régime syrien arrête d'anciens militants de l'opposition

Le régime syrien a mené une vague d'arrestations arbitraires contre d'anciens militants dans les zones de l'opposition qui se sont rendus aux termes d'accords négociés par la Russie, a annoncé Human Rights Watch (HRW) mardi 21 mai.

Les accords qui ont restitué au régime le contrôle sur des terrains au centre et au sud de la Syrie l'année dernière ont offert l'amnistie à tout ceux qui acceptent de mettre fin à leurs activités anti-gouvernement, a rapporté l'AFP.

Mais HRW a indiqué que sa recherche a montré que d'anciens critiques du régime et combattants de l'opposition qui avaient rejoint la « réconciliation » avaient payé cher pour leur décision.

Elle a indiqué qu'il avait documenté 11 cas de détention arbitraire et disparition dans trois zones reprises par les forces du régime l'année dernière -- la province de Deraa méridionale, la Ghouta orientale, et les quartiers du sud de Damas.

Les organisations syriennes ont recensé au moins 500 arrestations dans les trois zones depuis août, a rapporté HRW.

« Les combats ont pris fin dans une grande partie de la Syrie, mais rien n'a changé dans la manière dont les services de renseignement piétinent les droits d'opposants présumés au règne du [régime] », a martelé Lama Fakih, directrice par intérim pour le Moyen-Orient à HRW.

« L'absence de procédures régulières, les arrestations arbitraires et le harcèlement dans les soi-disant zones réconciliées, sont plus parlantes que les promesses vides du gouvernement de retour, de réforme et de réconciliation».

HRW a précisé que les personnes ciblées comprenaient les membres de familles ainsi que d'anciens militants et combattants de l'opposition, notant que dans tous les cas, les personnes visées avaient signé des accords de réconciliation avec le régime syrien.

Aimez-vous cet article?

0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 / 1500