Les enfants nés à des pères de l'EIIS ne sont pas considérés yézidis selon le conseil

Des enfants nés de mères yézidis suite à un viol par des combattants de « l’État islamique en Irak et en Syrie » (EIIS) ne seront pas autorisés à rejoindre la communauté au nord de l'Irak à indiqué le Conseil Spirituel Suprême de la confession.

Ces enfants font l'objet d'un vif débat au sein de la communauté, qui reconnait seulement les enfants en tant que yézidis si leurs deux parents sont originaires de la secte, a rapporté l'AFP dimanche 28 avril.

Le chef du Conseil Spirituel Suprême Hazem Tahsin Said a publié la semaine dernière ce qui semblait un changement historique, avec un ordre « d'accepter tous les survivants (des crimes de l'EIIS) et considérer ce qu'ils avaient subi avoir été contre leur volonté ».

Cela a été considéré comme « historique » par les activistes yézidis, qui l'ont compris comme signifiant que les enfants nés suite au viol seraient autorisés à vivre chez leurs proches yézidis.

Mais samedi, le conseil a publié une explication que la décision « ne comprend pas les enfants nés du viol, mais se réfère aux enfants nés de parents yézidis ».

La communauté yézidie considère depuis longtemps que toute femme qui se marie à l'extérieur de la secte ne plus être yézidie, cela comprend initialement celles attaquées par l'EIIS en 2014.

Mais le chef spirituel yézidi Baba Sheikh a émis une décision l'année suivante accueillant ces femmes chez elles, sans résoudre le destin de leurs enfants.

Plus tôt ce mois-ci, le président irakien Barham Saleh a proposé un projet de loi au parlement qui offrirait des indemnisations aux survivantes yézidies aux crimes de l'EIIS et établirait un tribunal pour élucider les questions liées à « l'état civil ».

Aimez-vous cet article?
0
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 caractères restants (1500 MAX)