L'opposition syrienne exhorte la Russie à pousser Damas vers un règlement de paix.

L'opposition syrienne a déclaré jeudi 21 décembre qu'il était plus important "que jamais auparavant" que la Russie pousse le gouvernement de Bashar al-Assad vers un règlement politique, alors qu'un nouveau cycle de pourparlers de paix débute au Kazakhstan, a rapporté l'AFP.

Un nouveau cycle de pourparlers de paix sur la Syrie, soutenu par la Russie, l'Iran et la Turquie, a débuté jeudi dans la capitale kazak Astana.

Des délégations de la Russie, d'Iran et la Turquie ainsi que des représentants du régime syrien et une délégation de 20 membres de l'opposition sont tous arrivés à Astana pour deux jours de pourparlers, a déclaré un porte-parole du ministère kazak des Affaires étrangères.

L'envoyé de l'ONU pour la Syrie, Staffan de Mistura, devrait assister vendredi à la deuxième journée de négociations, a ajouté le ministère.

Jeudi, de Mistura rencontrera le ministre russe des affaires étrangères Sergueï Lavrov à Moscou.

A Astana, la délégation syrienne a exhorté la Russie à pousser le gouvernement d'Assad vers un règlement pacifique.

"Les détenus sont la priorité de la délégation militaire", a déclaré la délégation de l'opposition syrienne dans une déclaration après avoir rencontré une équipe de l'ONU.

Les négociateurs syriens se concentreront également sur le renforcement du cessez-le-feu, en particulier dans les zones de désescalade, ainsi que sur la levée des sièges dans toutes les villes et villages et la fourniture d'assistance aux personnes dans le besoin, selon le communiqué.

L'agence de presse étatique syrienne SANA a rapporté que la délégation russe a "rencontré séparément les délégations iranienne et turque".

"Après les réunions bilatérales, il y aura une réunion trilatérale entre les trois pays parrainant les négociations", a-t-il ajouté.

Les négociations devraient se terminer par une session plénière impliquant toutes les parties vendredi.

Le huitième round de négociations intervient après que le dirigeant russe Vladimir Poutine ait ordonné un retrait partiel des forces russes lors d'une visite surprise en Syrie la semaine dernière.

Aimez-vous cet article?

0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 / 1500