Les observateurs de l'ONU sur le terrain pour superviser l'évacuation à l'est d'Alep

L'ONU a annoncé jeudi 22 décembre qu'elle a déployé des dizaines d'observateurs à l'est d'Alep pour superviser la dernière étape d'une évacuation, qui dégage la voie pour l'armée syrienne afin de reprendre la ville, a rapporté l'AFP.

« Trente-et-un membres du personnel sont maintenant affectés pour la supervision », a déclaré Jens Laerke, porte-parole de l'agence humanitaire de l'ONU, ajoutant que les observateurs comprennent des membres nationaux et internationaux.

« Ils sont tous maintenant au travail », a-t-il dit.

L'annonce survient alors que l'évacuation des combattants de l'opposition et des civils de l'est d'Alep semble arriver à ses dernières heures.

« Une grande, dangereuse, difficile et complexe évacuation est entrée en sa phase finale aujourd'hui », a précisé le chef du groupe de travail humanitaire appuyée par l'ONU pour la Syrie, Jan Egeland, aux journalistes à Genève.

Il a expliqué que jusqu'à jeudi matin, environ 35 000 personnes ont quitté Alep.

« C'est très complexe », dit-il, soulignant l'importance d'avoir les observateurs de l'ONU sur place.

« Cette présence signifie la protection », a-t-il souligné.

Laerke a ajouté que tous les observateurs de l'ONU ont été déployés sur le point de passage vers Ramoussa, le district du sud d'Alep contrôlé par le gouvernement à travers lequel les convois font le départ.

« C'est une opération de 24 heures, nous les transportant alors dans en groupes », a-t-il expliqué, ajoutant qu'il y avait « une rotation pour que nous pouvons superviser (le point de contrôle) en permanence, car le mouvement est constant ».

Les superviseurs ont témoigné des situations désespérées alors que les gens continuent de sortir massivement de l'est d'Alep, affrontant une tempête de neige et des températures glaciales, a signalé Laerke.

« C'était une nuit très difficile. Le temps est terrible, et les gens partent dans des centaines de véhicules privés à des niveaux différents de désespoir », poursuit-il, disant que l'évacuation se fait avec des arrêts et départs successifs, avec les voitures qui tombent en panne et les passagers qui sont forcés à descendre et pousser.

Egeland a cependant précisé que plus de 200 bus ont été utilisés pour l'évacuation, et plus de 750 voitures et camions, la plupart avec des pneus à plat et sans carburant, mais les passagers sont entassés.

Aimez-vous cet article?

0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 / 1500