L'EIIL poursuit son génocide contre les Yazidis, selon l'ONU

Les enquêteurs sur les droits de l'Homme des Nations unies affirment que les combattants de « l'État islamique en Irak et au Levant » (EIIL) continuent de commettre un génocide à l'encontre de la minorité yazidie en Irak et en Syrie, a fait savoir l'AFP ce jeudi 16 juin.

« Le génocide a eu lieu et se poursuit », a déclaré dans un communiqué Paulo Pinheiro, président de la commission d'enquête des Nations unies pour la Syrie.

« L'EIIL a soumis chaque Yazidi, femme, enfant ou homme, qu'il a capturé aux plus horribles des atrocités », a-t-il déclaré.

En 2014, l'EIIL avait massacré des Yazidis à Sinjar, dans le nord de l'Irak, contraignant des dizaines de milliers d'entre eux à fuir et capturant des milliers de jeunes filles et de femmes comme butin de guerre pour en faire des esclaves sexuelles.

L'an dernier, les Nations unies avaient mis en garde, indiquant que le groupe semblait commettre un génocide contre les Yazidis, mais le rapport de la commission d'enquête publié ce jeudi tire des conclusions plus claires.

Les preuves amassées par cette commission peuvent servir de « feuille de route pour les poursuites », a déclaré Carla del Ponte, membre de la commission, ajoutant qu'elle sera en mesure de « préparer un acte d'accusation » pour fait de génocide à l'encontre des commandants de l'EIIL sur la base des témoignages contenus dans ce rapport.

Vivit Muntarbhorn, également membre de la commission, a déclaré que des combattants de l'EIIL de différentes nationalités pourraient être reconnus coupables de génocide.

La commission d'enquête ne publiera pas les noms des suspects potentiels, mais elle partage des informations avec certains pays autres que l'Irak et la Syrie pour tenter d'identifier les auteurs étrangers de ces violences.

Basé en partie sur des interviews avec des survivants, ce rapport montre que l'EIIL « a cherché à éradiquer les Yazidis par le biais de massacres, d'esclavage sexuel, d'esclavagisme, de torture et de traitements inhumains et dégradants ».

Les preuves montrent que les commandants de l'EIIL avaient élaboré des plans très clairs pour décimer les Yazidis avant même l'assaut sur Sinjar, a indiqué la commission d'enquête.

Selon son rapport, près de 3 200 femmes et enfants Yazidis sont actuellement aux mains de l'EIIL, essentiellement en Syrie, où les femmes sont utilisées comme esclaves sexuelles et les jeunes garçons endoctrinés et formés au combat.

Aimez-vous cet article?
0
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 caractères restants (1500 MAX)