Terrorisme

Un terrain dangereux pour les milices pro-iraniennes en Irak

Faris al-Omran

image

Des membres du service antiterroriste irakien participent à un exercice d'entraînement à l'Académie des forces spéciales, près de l'aéroport international de Bagdad, le 19 mars 2018. Selon les experts irakiens, les milices hors-la-loi risquent une confrontation avec les forces irakiennes dont elles ne sortiront pas indemnes. [Ahmad al-Rubaye/AFP]

Les milices pro-iraniennes à l'origine des récentes attaques à Bagdad risquent une confrontation avec les forces irakiennes, estiment les experts militaires, et ne peuvent s'attendre à ce que, dans l'état de faiblesse qui est le sien, le régime iranien leur vienne en aide.

Pas plus qu'elles ne pourront compter sur une aide du Hezbollah libanais, ajoutent-ils, car la milice est soumise à de sévères pressions sur les fronts intérieur et international.

Défier la loi et faire courir des risques aux Irakiens ne sera pas sans conséquence, ont-ils ajouté, et une confrontation avec les forces irakiennes ne ferait qu'accélérer l'effondrement de ces milices, en particulier de celles qui sont alignées sur la Kataeb Hezbollah.

Le groupe de tête de la Kataeb Hezbollah, Ashab al-Kahaf, a revendiqué l'attaque du 17 novembre à Bagdad, dans laquelle une volée de roquettes s'est abattue sur la ville, tuant une fillette et blessant cinq civils.

image

Cette photo datée du 17 novembre montre les dommages infligés à un véhicule civil après une attaque à la roquette Katioucha dans le centre de Bagdad revendiquée par la Kataeb Hezbollah alignée sur l'Iran. [Photo diffusée sur les réseaux sociaux]

Les groupes, que les Irakiens et les responsables américaines ont qualifié « d'écrans de fumée » des factions pro-iraniennes de la ligne dure en Irak ont également revendiqué de récentes attaques contre des missions diplomatiques étrangères.

« Bien que le gouvernement irakien continue de réaliser des gains de souveraineté, et en dépit du niveau renforcé de professionnalisme et de compétences de nos forces, [...] certains groupes hors-la-loi s'acharnent à porter atteinte à la stabilité pour servir leurs propres intérêts et leurs objectifs étroits, qui n'ont rien à voir avec l'intérêt national », a déclaré l'armée irakienne.

« Entraîner l'Irak sur une pente dangereuse »

Au travers de ses divers fronts, la Kataeb Hezbollah « entraîne elle-même et l'Irak sur une pente dangereuse », a expliqué le spécialiste de la sécurité irakien Majid al-Qaisi, officier de l'armée en retraite.

Un affrontement entre les forces irakiennes et les milices « entraînera inévitablement la défaite de ces dernières », a-t-il expliqué à Diyaruna, car elles ne seront pas en mesure de résister à l'armée, à la police et au service du contre-terrorisme (CTS) irakiens.

Les forces irakiennes sont très bien entraînées et ont une grande expérience du combat qu'elles ont acquise durant la guerre contre « l'État islamique en Irak et en Syrie » (EIIS), a-t-il ajouté, et il est évident que les milices armées ne gagneront rien à une confrontation avec elles.

Pour traiter avec ces milices, le gouvernement met en œuvre une stratégie à long terme, a-t-il souligné, et il ne cherche pas à déclencher une confrontation d'envergure pour tout un ensemble de raisons.

Parmi elles, une déstabilisation potentielle de la sécurité nationale dans le contexte de la crise économique actuelle, de la pandémie de coronavirus et de la menace que fait planer l'EIIS.

Mais ces milices ne devraient pas «mettre à l'épreuve la patience des forces irakiennes et devraient comprendre qu'elles ont en face d'elles un État doté d'institutions qui ne pliera pas devant leurs menaces contre la sécurité nationale en lançant des attaques aux missiles contre des missions diplomatiques », a-t-il ajouté.

Les forces irakiennes ne permettront pas non plus aux milices pro-iraniennes de porter atteinte aux intérêts nationaux du pays ni à sa réputation internationale auprès de la communauté internationale, a-t-il ajouté.

Les Irakiens se tournent contre les milices

Le spécialiste militaire Ayad al-Tufan a expliqué à Diyaruna que l'opinion publique irakienne est parfaitement consciente de la véritable nature de la Kataeb Hezbollah et des autres milices affiliées au CGRI.

« Les gens sont parfaitement convaincus que ces groupes armés travaillent à la promotion des intérêts de l'Iran et mettent en œuvre son agenda », a-t-il poursuivi.

Cela entraînera « la destruction de l'Irak et la propagation du chaos », a-t-il continué, en portant atteinte à sa souveraineté et à sa réputation internationale, et en ouvrant la porte à l'exploitation par l'Iran des ressources naturelles du pays pour son propre compte.

Toute tentative de bloquer les factions pro-iraniennes, au premier rang desquelles la Kataeb Hezbollah, bénéficierait d'un très large soutien de l'opinion publique irakienne, a ajouté al-Tufan.

Une opposition résolue doit être opposée à ces milices, a-t-il conclu, pour mettre un terme aux attaques de missiles qui tuent des Irakiens et salissent la réputation de l'Irak.

Aimez-vous cet article?

0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 / 1500