Sécurité

Salaheddine appelle au soutien de la sécurité après une attaque de l'EIIS

Khalid al-Taie

image

La police irakienne participe à une opération de sécurité à grande échelle le 8 novembre pour rechercher les éléments restants de l'EIIS dans les montagnes de Makhoul à Salaheddine. [Photo fournie par la police fédérale irakienne]

Le gouvernement local de Salaheddine a demandé au gouvernement fédéral de renforcer la sécurité dans la province à la suite d'une attaque de samedi 21 novembre de « l'État islamique en Irak et en Syrie » (EIIS) qui a fait 10 morts.

Des éléments de l'EIIS ont fait exploser un engin explosif improvisé (EEI) pendant la nuit visant une voiture civile circulant entre les villages d'al-Mashak et d'al-Zawya dans la région de Baiji, a déclaré lundi à Diyaruna le gouverneur du district de Baiji, Saad Khazaal.

La police, les soldats et les membres de la mobilisation tribale se sont précipités sur les lieux, mais se sont heurtés à une embuscade de l'EIIS à leur arrivée, a indiqué Khazaal.

Ils ont subi un barrage de coups de feu qui a tué neuf personnes; parmi eux, un officier de police, le colonel Ibrahim Mujil Ibrahim, et un civil, a-t-il dit.

image

Les commandants de la police et de l'armée irakiennes se réunissent le 10 novembre pour discuter de l'avancement d'une opération visant à débarrasser les montagnes de Makhoul des éléments de l'EIIS. [Photo fournie par la police de la province de Salaheddine]

Cinq autres ont été blessés lors de l'attaque.

Le nombre de morts est passé à 10 dimanche après la mort d'un des blessés à l'hôpital.

L'attaque s'est produite près des montagnes de Makhoul, où il y a deux semaines une opération militaire massive a été menée pour nettoyer la zone des poches des éléments de l'EIIS.

Les forces irakiennes ont pu ratissé de nombreuses parties du terrain montagneux au cours de cette opération avec un certain succès, tuant ou arrêtant un certain nombre d'éléments de l'EIIS, a fait savoir Khazaal.

Auparavant, ils avaient mené d'autres opérations avec succès, a-t-il déclaré, notant que, selon les sources du renseignement, il ne reste qu'un petit nombre d'éléments de l'EIIS.

Mais en raison du terrain accidenté, a-t-il ajouté, les éléments restants de l'EIIS sont toujours en mesure de se dissimuler, attendant souvent que la pression sécuritaire diminue avant d'émerger pour lancer des attaques furtives contre les forces de sécurité ou les civils.

Demande d'aide fédérale

À la suite de la dernière attaque, le gouvernement local de Salaheddine a demandé au gouvernement fédéral de fournir du personnel de sécurité supplémentaire pour être stationné aux postes de contrôle au sol et d'observation dans les montagnes de Makhoul, a déclaré Khazaal.

Il a également demandé des caméras de vision nocturne et des dispositifs de détection de mouvement pour aider à détecter les mouvements des militants, et a demandé une surveillance aérienne accrue dans les zones montagneuses de la province.

Salaheddine a déclaré trois jours de deuil pour les victimes de l'attaque, alors que des centaines de familles ont enterré dimanche leurs morts au milieu d'une vague de chagrin et de colère dans la province.

L'attaque de samedi était la deuxième plus importante du genre ce mois-ci, à la suite d'un incident du 8 novembre au cours duquel 11 membres des forces de sécurité et des membres de tribus ont été tués près d'al-Radwaniya, au sud-ouest de Bagdad.

Aimez-vous cet article?

0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 / 1500