Criminalité et Justice

Lancement d'une plateforme de recueil de témoignages sur les crimes de l'EIIS par l'équipe d'enquêteurs des Nations unies

Alaa Hussain à Bagdad

image

Une nouvelle plateforme en ligne développée par l'UNITAD vise à collecter les témoignages de survivants de l'EIIS et de témoins oculaires des crimes commis par le groupe lorsqu'il régnait sur de vastes territoires en Irak.

L'UNITAD, l'équipe d'enquêteurs des Nations unies chargée d'amener l'État islamique en Irak et en Syrie à répondre de ses crimes, a lancé une nouvelle plateforme en ligne destinée à recevoir les témoignages de survivants et de témoins oculaires.

Cette plateforme en ligne constitue la seconde phase du travail de cette équipe, a expliqué Ali al-Bayati, porte-parole de la Haute Commission indépendante irakienne pour les droits de l'homme.

La première phase avait été consacrée au recueil de preuves, par l'exhumation de charnier de victimes de l'EIIS tuées alors que le groupe contrôlait de vastes régions du nord et de l'ouest de l'Irak, a-t-il expliqué à Diyaruna.

Cette plateforme sur Internet a pour but de recueillir des témoignages de survivants de l'EIIS et des témoins oculaires qui vivaient dans les zones contrôlées par l'EIIS, a-t-il ajouté.

Elle a été mise en place parce que l'équipe ne peut à ce stade contacter toutes les victimes, notamment en raison de la pandémie du nouveau coronavirus (COVID-19), a-t-il ajouté.

Cette plateforme est facile à utiliser, a-t-il ajouté, et son adresse web a été largement diffusée sur les sites Internet et les réseaux sociaux. Il est facile d'y accéder, même avec une mauvaise connexion Internet.

Ce site comporte des boîtes d'entrée pour les témoignages écrits et permet à ses utilisateurs de télécharger des pièces jointes de soutien, a-t-il ajouté.

Dans certains cas, a-t-il poursuivi, l'équipe internationale contactera ces témoins lors d'une visite sur le terrain ou lors de contacts directs.

Il est vraisemblable que les témoignages importants seront reçus sur cette plateforme, a-t-il continué, car elle peut être ouverte facilement par les témoins qui ne sont pas alors obligés de se déplacer pour aller déposer en personne.

Défis pour la collecte de renseignements

Mais malgré le potentiel offert par cette plateforme, certains survivants de l'EIIS et spécialistes du groupe terroriste font part de leurs doutes quant à son utilité, soulignant le fait que de nombreuses personnes ne sont pas familières des médias sociaux et la faible couverture Internet dans le pays.

Mohammed al-Zaidi, un habitant de la province de Dhi Qar qui a survécu au massacre du Camp Speicher lors duquel l'EIIS avait exécuté plus de 1 500 cadets de l'armée de l'air irakienne, a indiqué qu'il n'avait jamais entendu parler de cette nouvelle plateforme avant de rencontrer Diyaruna.

Le lancement de la plateforme n'a pas fait l'objet d'une large couverture par les médias, a-t-il précisé, et selon lui, cette information n'a pas atteint la rue.

Mouhannad Abdoul Hussein, directeur de la Fondation des Martyrs de Dhi Qar, a expliqué à Diyaruna que cette plateforme en ligne pourrait être utile à ceux qui bénéficient d'une connexion à Internet et savent comment utiliser les technologies de communication.

Mais il s'inquiète de ce qu'elle ne soit pas utile aux centaines de témoins vivants dans des camps de déplacés où n'existe aucune couverture Internet ni aucun accès à une technologie avancée, comme des ordinateurs ou des smartphones.

« Si l'équipe internationale souhaite obtenir d'importantes preuves réelles et tangibles », a-t-il suggéré, « elle doit se mettre en contact avec les autorités locales et les agences crédibles, notamment la Fondation des Martyrs. »

La Fondation des Martyrs de Dhi Qar possède de très nombreux documents et preuves des crimes de l'EIIS, a-t-il poursuivi, tout comme le Service du contre-terrorisme et d'autres institutions irakiennes qui ont combattu le groupe et accumulé des informations sur crimes qu'il a commis.

Il a également souligné la nécessité d'interroger les éléments de l'EIIS dans les prisons irakiennes qui purgent des peines pour des crimes terroristes, car ils pourraient donner les noms des leaders du groupe à l'intérieur comme à l'extérieur du pays.

L'équipe internationale devrait également chercher l'aide des cours pénales irakiennes, a ajouté Hussein.

Cette équipe a été mise en place en vertu de la Résolution 2379 du Conseil de sécurité des Nations unies de 2017, dans le but de venir en soutien aux efforts irakiens visant à tenir l'EIIS pour responsable de ses crimes contre les Irakiens.

Votre communauté discute-t-elle des efforts de lutte antiterroriste ?
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 / 1500