Sécurité

Des avions français attaquent des repaires de l'EIIS dans le nord de l'Irak

Khalid al-Taie

image

Un Rafale français se prépare le 29 mai à une mission de frappe contre des repaires de l'EIIS dans l'ouest de la province de Kirkouk. [Photo fournie par le ministère français des Armées]

Une frappe aérienne française dans une zone montagneuse de l'ouest de la province de Ninive a tué au moins trois activistes de l'EIIS, a fait avoir jeudi 12 novembre le commandement des opérations conjointes en Irak.

Ce commandement avait reçu des renseignements sur des repaires de l'EIIS dans la chaîne de montagnes de Qarah Jogh, dans le district de Makhmour, qui nécessitaient une action immédiate, a déclaré à Diyaruna le major général et porte-parole Tahseen al-Khafaji.

Les Français ont été prêts à fournir l'assistance nécessaire pour détruire les sites dès que les informations leur ont été communiquées, a-t-il déclaré, ajoutant qu'ils ont mené mercredi « un raid avec succès et efficacité ».

Ces frappes aériennes ont détruit quatre grottes qui servaient de maisons de repos à l'EIIS et ont tué au moins trois activistes qui s'y trouvaient, a-t-il précisé.

image

Des commandants militaires irakiens surveillent les montagnes de Qara Jogh dans le district de Makhmour, le 22 décembre 2019. [Photo fournie par le ministère irakien de la Défense]

« La France continue à fournir une aide à nos forces et à nous aider à vaincre les restes de l'EIIS dans le cadre de son engagement à combattre le terrorisme en coopération avec d'autres partenaires et amis étrangers », a déclaré al-Khafaji.

En fournissant rapidement un soutien aérien, la France a confirmé qu'elle est un « partenaire important et fort » pour l'Irak dans la lutte contre l'EIIS, a-t-il poursuivi.

Cette opération s'inscrit dans le cadre des efforts en cours pour ratisser les chaînes de montagnes de Khanouka et de Makhoul, dans le nord de la province de Salaheddine, a-t-il précisé, notant que les pressions accrues sur les éléments restants de l'EIIS dans cette région les poussent à fuir vers les régions voisines, notamment Qara Jogh et Makhmour.

Cette zone montagneuse, qui sépare les secteurs placés sous la responsabilité de l'armée irakienne et des Peshmergas kurdes, « continue de servir de refuge aux terroristes grâce à sa topographie accidentée et à l'absence de forces de sécurité dans certaines parties de cette région », a expliqué al-Khafaji.

Les opérations militaires se sont accélérées ces derniers jours, couvrant de vastes zones dans le centre et l'ouest de l'Irak, dans le but d'encercler les derniers membres de l'EIIS et de repousser leurs tentatives d'attaques, a-t-il conclu.

Aimez-vous cet article?

0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 / 1500