Terrorisme

L'Irak débarrasse les montagnes du nord de Salaheddine des résidus de l'EIIS

Khalid al-Taie

image

La police fédérale irakienne mène une opération de recherche des derniers éléments de l'EIIS dans les chaînes de montagnes de Makhoul et de Khanouka, dans la province de Salaheddine, le 8 novembre. [Photo fournie par la police fédérale]

L'armée irakienne resserre son emprise contre les derniers éléments de « l'État islamique en Irak et en Syrie » (EIIS) dans les montagnes de Makhoul et de Khanouka, dans le nord de la province de Salaheddine, a indiqué l'armée ce lundi 9 novembre.

Des unités de la police fédérale, du service de contre-terrorisme (CTS) et des forces de mobilisation populaire, appuyées par des appareils de l'armée de l'air irakienne et de la coalition internationale, ont lancé une opération sécuritaire de grande envergure sur trois fronts, a déclaré un responsable irakien.

« Nous avons reçu des renseignements précis selon lesquels plusieurs éléments terroristes se cachaient dans les montagnes de Makhoul », a expliqué à Diyaruna le major général Tahseen al-Khafaji, porte-parole du commandement des opérations conjointes.

Ce commandement avait également intercepté une communication entre les militants dans les montagnes de Khanouka, où il les surveillait étroitement et avait été en mesure de les identifier, a-t-il ajouté.

image

Des unités de l'armée irakienne mènent une opération visant à débarrasser les montagnes de Makhoul et de Khanouka des résidus de l'EIIS, le 8 novembre. [Capture d'écran d'une vidéo du ministère irakien de la Défense]

Cette opération militaire a débuté dimanche par une attaque aérienne qui a détruit de nombreux repaires de l'EIIS et visé de hauts responsables, a-t-il poursuivi, ajoutant qu'elle devrait se poursuivre pendant plusieurs jours.

Les forces irakiennes ont jusqu'à présent mis à jour deux tunnels, plusieurs maisons de repos et stocks contenant un grand nombre d'engins explosifs improvisés (EEI), des obus de mortiers, des armes légères et de moyen calibre et des lance-roquettes, a précisé al-Khafaji.

Cette opération s'inscrit dans le cadre d'un nouveau plan du commandement des opérations conjointes, qui vise à renforcer le contrôle sur le terrain après avoir traqué les résidus de l'EIIS en mettant en place des postes de sécurité, des tours d'observation et des caméras thermiques, a-t-il ajouté.

De plus, des drones de reconnaissance renforceront la sécurité et fourniront des renseignements sur les mouvements et les activités des militants, a-t-il poursuivi.

Compléter les opérations

Cette opération dans Salaheddine vient compléter l'opération militaire menée il y a trois semaines et destinée à débarrasser l'île de Kanous, proche des montagnes de Makhoul, des derniers éléments de l'EIIS, a continué al-Khafaji.

« Nous avons réussi à prendre le contrôle de [l'île de Kanous] ... et nous cherchons maintenant à éradiquer les terroristes dans toutes les régions montagneuses alentour », a-t-il ajouté.

« Cela faisait des années que les chaînes de montagnes de Makhoul et de Khanouka représentaient une menace pour la sécurité des localités et des villages voisins dans le nord de Salaheddine et dans le pays en général », a-t-il rappelé.

Ces zones accidentées restent dangereuses, a expliqué al-Khafaji, car selon des rapports des renseignements, des militants y sont une fois encore retranchés et les utilisent comme refuges.

Elles sont devenues un lieu de rassemblement des terroristes qui viennent de l'île de Ninive, a-t-il poursuivi, et servent d'itinéraires de ravitaillement en fournitures logistiques dans le nord de Diyala, le sud de Kirkouk et l'est de Salaheddine.

Ces campagnes de sécurité visent à « priver les terroristes de ces refuges, détruire leurs fortifications, leurs bases et leurs voies de ravitaillement et à bloquer leurs voies de passage d'une région éloignée à une autre », a-t-il conclu.

Aimez-vous cet article?

0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 / 1500