Sécurité

Les forces irakiennes prennent le contrôle total de l’île de Kanous

Khalid al-Taie

image

Le 25 octobre, les forces irakiennes supervisent les opérations visant à raser les arbres sur l’île de Kanous pour découvrir les repaires de l’EIIS. [Photo fournie par le ministère irakien de la Défense]

Les forces irakiennes ont pris le contrôle intégral de l’île de Kanous (Zour Kanous) dans le district d’al-Sharqat, après plusieurs opérations militaires destinées à la débarrasser des résidus de « l’État islamique en Irak et en Syrie » (EIIS), a expliqué un responsable irakien ce mardi 27 octobre.

La dernière opération en date dans le nord de la province de Salaheddine avait débuté le 19 octobre par d’intenses frappes aériennes et d’artillerie de l’armée irakienne contre les repaires de l’EIIS repérés grâce à des caméras de surveillance et des drones, a expliqué Jirjis al-Hijab, l’administrateur du district d’Ashur dans al-Sharqat.

Après que les bombardements préliminaires eurent détruit quatre tunnels et des repaires souterrains, les forces spéciales, accompagnées par des unités de la 14e division de l'armée de terre, de la police locale et des unités tribales, avaient commencé à mettre en place un pont flottant pour permettre à des véhicules militaires lourds et à des bulldozers de passer sur l’île, a-t-il indiqué à Diyaruna.

Ces forces avaient rasé les arbres et les hautes herbes que les militants utilisaient pour se cacher à la vue des forces de sécurité, a-t-il ajouté.

image

Le 19 octobre, des soldats irakiens passent sur l’île de Kanous dans le cadre d’une opération visant à débarrasser cette île des résidus de l’EIIS. [Photo diffusée sur les médias sociaux]

Al-Hijab a souligné que l’un des repaires visés avait été piégé, mais que les spécialistes du déminage avaient réussi à désamorcer le réseau d’engins explosifs improvisés (EEI) qui avait été installé.

Les forces irakiennes n’ont rencontré aucun élément de l’EIIS lors de cette opération, et il est probable qu’ils avaient été tués à l’intérieur des tunnels et des repaires lors des bombardements, a-t-il expliqué, ajoutant que « les travaux se poursuivent pour tenter de retrouver leurs corps ».

Al-Hijab a exclu la possibilité que les militants aient fui l’île pour se diriger vers le district de Hatra et le désert de Ninive, car de nombreuses forces de sécurité encerclent la zone. De plus, les caméras de surveillance thermiques n’ont signalé aucun mouvement suspect.

« Une victoire sécuritaire majeure »

Après le retrait des unités de sécurité de l’île de Kanous, les troupes du 16e régiment d’urgence du district de la police d’Ashour et des forces tribales se sont déployées lundi sur cette île pour y renforcer la sécurité et empêcher les résidus de l’EIIS de se regrouper, a expliqué al-Hijab.

Longtemps considérée comme une zone très dangereuse en raison de sa situation stratégique à proximité des villes et des villages, l’île de Kanous était une épine dans le pied des forces de sécurité, a souligné al-Hijab.

Malgré les opérations de sécurité en cours, les résidus de l’EIIS retournaient sur l’île après chaque opération, où ils profitaient de zones recouvertes d'une végétation dense pour se cacher aux yeux des forces de sécurité.

« Aujourd’hui enfin, cette zone est entièrement sécurisée et nos troupes tiennent le terrain », a-t-il poursuivi.

Il s’agit d’une « victoire sécuritaire majeure qui aura des répercussions positives sur la sécurité de la province de Salaheddine et des provinces voisines de Ninive, Kirkouk et Diyala », a continué al-Hijab.

Les derniers éléments de l’EIIS ont « perdu leur plus important bastion en Irak, et la menace qu’ils représentaient, qui pesait en permanence sur les habitants locaux, est désormais derrière nous », a-t-il déclaré.

Il y a un an, le fondateur de l’EIIS Abou Bakr al-Baghdadi était tué par une opération américaine dans le nord-ouest de la Syrie.

Le département d’État américain a publié lundi un communiqué à l’occasion du premier anniversaire de cette mort, soulignant que les États-Unis restent engagés dans leur mission visant à « assurer la défaite durable de l’EIIS ».

« Mais bien que nous célébrions cette étape critique dans la lutte contre l’EIIS, le travail de la coalition mondiale [contre l’EIIS] est loin d’être terminé », a-t-il mis en garde.

L’EIIS reste une menace importante et il est « essentiel que nous maintenions une pression constante sur les résidus de l’EIIS en Irak et en Syrie et que nous renforcions nos efforts collectifs pour battre les affiliés et les réseaux de lEIIS dans le monde », a-t-il conclu.

Aimez-vous cet article?

1 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 / 1500

Est-ce que les éléments de l'EIIS étaient sur l'île Kanous? S'il n'y a aucune trace d'eux, est-ce qu'ils ont été transférés par voie aérienne ou comment???!!! Est-ce que quelqu’un les a vus? Cette confirmation continue par l'Amérique sur la présence de l'EIIS doit avoir une explication.

Répondre