Terrorisme

Les forces irakiennes resserrent l’étau sur les membres restants de l’EIIS dans le désert de l’Anbar

Khalid al-Taie

image

Le 15 octobre, l’armée et des combattants tribaux contrôlent les papiers d’identité d’un chauffeur routier dans la région désertique de l’ouest de l’Anbar. [Photo fournie par les forces tribales du Haut-Euphrate]

L’armée irakienne et les unités tribales de l’ouest de la province de l’Anbar exécutent un plan de sécurité qui vise à resserrer l’étau sur les derniers éléments de « l’État islamique en Irak et en Syrie » (EIIS).

La force tribale du Haut-Euphrate, placée sous les ordres des responsables de la sécurité, a lancé un nouveau plan de sécurité conjointement avec l’armée irakienne, a expliqué le colonel Mousa al-Sanad al-Karbouli, commandant de cette force, à Diyaruna, ce mardi 20 octobre.

Ce plan prévoit le déploiement à grande échelle d’unités tribales dans le désert de l’ouest de l’Anbar, dans le cadre d’une action préemptive et d’un ratissage méticuleux des grandes étendues au plus profond du désert, pour découvrir et détruire les repaires de l’EIIS, a-t-il précisé.

Dans le cadre de ces opérations, cette force contrôlera les papiers d’identité des habitants locaux et des bergers et les comparera à un fichier électronique de noms et d’identités d’éléments recherchés de l’EIIS, a-t-il ajouté.

image

Le 18 septembre, des membres des renseignements militaires découvrent un entrepôt de roquettes à l’intérieur d’un tunnel de l’EIIS dans le désert de Heet, dans l’ouest de l’Anbar. [Photo fournie par le ministère irakien de la Défense]

Ces dernières semaines, des unités conjointes ont mené des opérations de recherche « concentrées » dans des villages et des zones désertiques près de la localité d’al-Qaim, à la frontière avec la Syrie, a-t-il poursuivi.

Ces opérations ont notamment concerné Banyan Sahali, al-Kaara, Qaedat Saad, al-Raha, Ukeisha, Ghabat Manakh, al-Daye, al-Amari, Miras Aïd, al-Manei, Danhash, Aoud al-Abd et Moudaisis, et le projet agricole dans le sud d’al-Qaim.

Ces unités mènent leurs missions selon un plan précis et avec une grande détermination pour rechercher les repaires de l’EIIS, notamment ceux qui sont enterrés, a poursuivi al-Karbouli.

« Nous avons les plans, les capacités et l’expérience nécessaires pour éliminer les groupes terroristes restants dans le désert », a-t-il ajouté.

Mort d’un leader de l’EIIS

Un leader de premier plan de l’EIIS a été tué lors de ces opérations, a indiqué al-Karbouli. Abou Saleh Zoukhaikha, qui était le « responsable de la sécurité » du groupe dans le désert de l’Anbar, a été visé lors d’une attaque contre son repaire dans la zone d’al-Sakar, dans le district de Rutba.

La femme qui se trouvait avec lui sur le site a également été tuée, tandis qu'un groupe d'activistes a réussi à s’enfuir ; les recherches se poursuivent pour les retrouver.

Al-Karbouli a expliqué que Zoukhaikha était responsable de la mort et de l’enlèvement de nombreux bergers et civils dans la région du désert de Kubaysa.

Aimez-vous cet article?

0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 / 1500