Politique

Un pétrolier iranien livre du pétrole dans un port syrien

Waleed Abou al-Khair au Caire

image

Cette image tirée d'une vidéo publiée par TankerTrackers montre un pétrolier iranien Suezmax rejoignant un navire étranger pour délivrer un million de barils de pétrole après avoir quitté le terminal iranien de l'île de Kharg.

Un pétrolier Suezmax iranien a été photographié samedi 17 octobre par le réseau d'observation satellitaire Planet en train de décharger un million de barils de pétrole iranien sur une jetée flottante dans la zone de mouillage du port syrien de Baniyas.

Le « Sarab » a été vu en train de décharger sa cargaison par le biais d'une bouée d'amarrage (SBM), une jetée qui sert de lien entre les installations à terre et les pétroliers pour le déchargement ou le chargement de gaz et de cargaisons liquides, a déclaré sur Twitter Samir Madani de TankerTrackers.

TankerTrackers est un service en ligne indépendant qui suit et signale le transport et le stockage de pétrole brut sur plusieurs points d'intérêt géographiques et géopolitiques, en utilisant des images satellites et des données de suivi maritime.

Commentant la manœuvre de Sarab, l'économiste syrien Mahmoud Mustafa a déclaré à Diyaruna que l'Iran continue de livrer du pétrole au régime syrien, alors que la Syrie et l'Iran sont tous deux sous le coup des sanctions américaines.

image

Des Syriens font la queue dans une station-service dans le cadre d'une pénurie de carburant qui se développe. [Photo de l'agence de presse SANA]

Ces sanctions américaines contre le régime syrien sont en vigueur depuis le mois de juin.

Le Caesar Syrian Civilian Protection Act de 2019 vise à faire en sorte que le président syrien Bachar el-Assad et ses aides et sympathisants soient tenus pour responsables des crimes qu'ils ont commis contre le peuple syrien.

Cette loi vise également à lutter contre les ingérences étrangères en Syrie, notamment de l'Iran et de la Russie, en pénalisant les entreprises du monde entier qui font des affaires avec le régime.

Contournement des lois internationales

L'Iran a contourné les lois internationales de navigation en désactivant les transpondeurs du système d'identification automatique (AIS) installés sur ses pétroliers afin de livrer secrètement des produits pétroliers au régime syrien, a rapporté Moustafa.

L'AIS est un système d'évitement des collisions qui transmet en permanence la position d'un navire en mer.

En éteignant son transpondeur AIS, a-t-il expliqué, le Sarab a pu poursuivre sa route sans être suivi après être passé par le canal de Suez.

C'est une violation des lois internationales de navigation, a-t-il déclaré, qui stipulent que le transpondeur doit être allumé en permanence, afin de déterminer la destination de la cargaison et le port d'escale, et d'empêcher les collisions avec d'autres pétroliers traversant la région.

Dans un fil de vidéos daté du 30 septembre et publié sur Twitter, TankerTrackers a fourni des « preuves visuelles » montrant quatre pétroliers embarquant un total de 3,7 millions de barils de pétrole au terminal iranien de l'île de Kharg.

« En 48 heures, les trois pétroliers Suezmax et un pétrolier Aframax ont quitté le terminal de l'île de Kharg », a déclaré Tanker Trackers dans le message.

Après le départ de l'île de Kharg, une vidéo publiée par TankerTrackers montre l'un des pétroliers Suezmax rejoignant un navire étranger pour lui transférer le million de barils.

« Tout cela se fait en plein jour dans la plus parfaite obscurité numérique », a précisé TankerTrackers, ajoutant que « nous étayons nos données par des preuves ».

La dernière révélation du commerce illicite de pétrole en Iran a eu lieu après que quatre pétroliers ont été privés de leur pavillon suite à une enquête de NBC News sur des allégations selon lesquelles ils auraient secrètement transporté du pétrole iranien au mépris des sanctions américaines.

Les quatre navires se sont tous rendus en secret dans les eaux iraniennes cette année, où ils ont collectivement embarqué des millions de barils de pétrole, ont révélé les données de TankerTrackers.

Ces quatre navires faisaient partie des quinze navires présentés dans un reportage de NBC News le 31 juillet, qui a révélé qu'ils naviguaient sous le pavillon de l'État insulaire caribéen de Saint-Kitts-et-Nevis.

« Le pétrole ne profitera pas au peuple syrien »

Le pétrole iranien livré au régime syrien sera à la disposition de ses forces militaires et des milices affiliées, y compris celles fidèles au Corps des Gardiens de la révolution islamique (CGRI), a déclaré Moustafa.

« La cargaison du pétrolier ne profitera pas du tout au peuple syrien », a-t-il ajouté, notant qu'elle sera très probablement utilisée par les forces du régime syrien et le CGRI pour perpétrer de nouvelles exactions contre les civils.

Pendant ce temps, a-t-il poursuivi, les civils des régions de Syrie contrôlées par le régime souffrent d'une grave pénurie de carburant et de produits dérivés de pétrole, comme le mazout, ce qui augmentera leurs souffrances à l'approche de l'hiver.

Aimez-vous cet article?

0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 / 1500