NOUVELLES D’IRAK
Terrorisme

Une faction pro-iranienne tire des roquettes sur les forces américaines dans la région kurde d'Irak

AFP

image

Une photo prise le 13 mars montre la destruction de l'aéroport de Karbala dans la ville sanctuaire irakienne, l'une des zones ciblées par les frappes aériennes militaires américaines contre un groupe pro-iranien en Irak à la suite de la mort de deux Américains et d'un Britannique lors d'une attaque à la roquette la nuit précédente sur une base américaine à Taji. Washington a blâmé les factions des FMP soutenues par l'Iran pour des violences similaires récentes. [Mohammed Sawaf / AFP]

La division antiterroriste de la région kurde autonome d'Irak a accusé mercredi 30 septembre les forces de mobilisation populaire (FMP), un réseau paramilitaire soutenu par l'État et dominé par les forces pro-iraniennes, de cibler les forces américaines dans une attaque à la roquette.

« Six roquettes ont été tirées depuis la province de Ninive par les FMP, visant l'aéroport d'Erbil », où les troupes américaines sont basées, a-t-il indiqué dans un communiqué.

Souran Ali, un commandant du Parti démocratique du Kurdistan iranien (PDK-I) - un groupe d'opposition iranien qui opère dans la région kurde d'Irak - a déclaré plus tôt que trois roquettes avaient été tirées, sans faire de victimes.

Trois roquettes « ont visé à 20h30 un quartier général du PDK-I à deux kilomètres » de l'aéroport d'Erbil, a-t-il dit.

Des séquences vidéo circulant en ligne prétendaient montrer des incendies déclenchés par les roquettes.

Hoshyar Zebari, ancien ministre des Affaires étrangères irakien et homme politique kurde irakien, a déclaré sur Twitter que les roquettes avaient été tirées par les «mêmes groupes qui attaquent #USEmbassy à #Baghdad et ses convois. Il faut agir pour arrêter cela ».

Une quarantaine d'attaques à la roquette ont ciblé les intérêts américains en Irak depuis début août, dont une lundi qui a frappé un village près de l'aéroport de Bagdad, où sont stationnées des troupes américaines. Cette attaque a tué cinq enfants et deux femmes de la même famille.

Mardi, le département d'État américain a pointé du doigt les milices soutenues par l'Iran opérant en Irak, affirmant qu'elles "représentaient un danger inacceptable" en Irak.

Washington a menacé de fermer son ambassade en Irak et de retirer ses 3 000 soldats du pays à moins que les roquettes ne s'arrêtent.

Aimez-vous cet article?

0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 / 1500