Sécurité

Des forces tribales et irakiennes conjointes détruisent des cachettes de l'EIIS dans le désert de l'Anbar

Khalid al-Taie

image

Le 2 septembre, une force tribale irakienne fouille des zones proches des rives de l'Euphrate dans l'ouest de la province de l'Anbar à la recherche des restes de l'EIIS. [Photo fournie par la force tribale de la haute Euphrate]

Les forces irakiennes, soutenues par des tribus locales, ont mené cette semaine une série d'opérations à grande échelle pour rechercher les éléments restants de « l'État islamique en Irak et en Syrie » (EIIS) dans la province occidentale de l'Anbar, a déclaré un responsable.

Les forces ont parcouru les vallées et les zones désertiques près de la frontière irako-syrienne, arrêtant deux personnes recherchées ainsi que sept autres liées au terrorisme, a indiqué le général de division Tariq al-Asal, commandant adjoint des forces de mobilisation tribale d'Anbar.

Ils ont découvert 15 cachettes qui comprenaient des maisons de repos et de petits sites utilisés par l'EIIS qui contenaient des fournitures logistiques, des armes, des munitions et des explosifs, a-t-il dit à Diyaruna.

Toutes les cachettes ont été détruites avec leur contenu, a-t-il dit, ajoutant que deux véhicules avaient été confisqués.

image

Un hélicoptère de l'armée irakienne surveille le désert dans l'ouest de l'Anbar le 23 février. [Photo fournie par le ministère irakien de la Défense]

Plus de 7 000 kilomètres carrés de terres désertiques ont été sécurisés au cours des opérations, a indiqué al-Asal.

Les campagnes de sécurité conjointes en cours dans le désert "ont repoussé la menace terroriste des villes de l'Anbar", a-t-il souligné.

« Depuis fin 2017, il ne se passe pas une semaine sans que nous y menions au moins une opération », a-t-il dit, notant que même une courte pause dans les opérations pourrait permettre aux militants de reprendre librement leurs activités.

'Une vigilance continue est nécessaire'

« La pression sécuritaire a diminué le nombre des restes [de l'EIIS] et dégradé leurs capacités », a déclaré al-Asal, ajoutant cependant que leurs tentatives de regroupement persistent.

Les opérations de sécurité se concentrent sur les zones où l'EIIS a constamment essayé d'avoir une présence, a-t-il déclaré, y compris le désert qui s'étend de Rawa et Haditha vers la ville de Baiji dans la province de Salaheddine, le désert au sud d'al-Rutba et les zones au nord d'al-Nukhaib.

« Les terroristes se déguisent en bergers et pêcheurs pour pouvoir rester près des rives de l'Euphrate et des lacs Haditha et al-Tharthar, ce qui leur fournit une source de nourriture et une proximité avec les villes », a-t-il dit.

« Cependant, nous surveillons toujours la zone et les éliminons », a dit al-Asal.

Les avions de la coalition internationale ont largement contribué aux efforts de surveillance dans le désert et ont fourni aux forces de sécurité des informations critiques sur les repaires de l'EIIS, a-t-il signalé.

La frontière avec la Syrie « reste une source de préoccupation » malgré les mesures strictes prises pour la sécuriser, car il existe des zones à sécurité laxiste du côté syrien de la frontière, en face des zones irakiennes d'al-Kharsh, Sawab, al-Halkoum et au nord du passage frontalier d'al-Walid, a déclaré al-Asal.

« Nos efforts se poursuivent pour consolider la sécurité à la frontière et pour lutter contre les tentatives d'infiltration depuis la frontière (syrienne) », a-t-il dit.

Aimez-vous cet article?

0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 / 1500