Sécurité

L’Irak lutte contre la possession illégale d’armes

Khalid al-Taie

image

Les forces irakiennes à Bassorah ont saisi des armes illégales lors d’une opération de sécurité le 6 septembre. [Photo fournie par le ministère irakien de la Défense]

L’Irak a lancé une grande campagne de sécurité pour limiter la possession d’armes à l’État et faire respecter l’État de droit dans les provinces de Bassorah, Bagdad et Maysan.

Les « opérations Real Promise » ont débuté samedi 5 septembre pour inspecter les zones qui ont connu des conflits armés entre tribus afin d’y détecter la présence d’armes non autorisées.

Depuis le début de la campagne, plusieurs zones ont été fouillées dans la province de Bassorah, notamment al-Madina, al-Qarna, al-Majidiya, al-Karma, al-Faw, Safwan, Makhfar Harishan et Makhfar Kharanij.

À Bagdad, les recherches se sont concentrées sur les régions d’al-Fadiliya et Husseiniyat al-Maamil, où un violent conflit tribal a eu lieu à la fin du mois d’août.

image

Le Premier ministre irakien Moustafa Kadhemi a organisé le 3 septembre une réunion avec les responsables de la sécurité pour discuter des efforts visant à réduire la détention d’armes sans permis. [Photo fournie par le bureau des médias du Premier ministre]

Depuis mardi, la campagne a permis la saisie de grandes quantités d’armes légères et de moyen calibre sans permis, notamment des fusils Kalachnikov, des fusils de précision, des mitrailleuses PKC, des lance-roquettes RPG-7, des obus de mortier, des pistolets, des grenades, des mines, des lunettes de vision nocturne et diverses munitions.

Au moins 52 personnes recherchées pour un procès pour terrorisme, possession et contrebande de drogues et d’armes ont été arrêtées.

Lundi à al-Majr al-Kabeer, dans la province de Maysan, 30 armes sans permis ont été confisquées et six personnes recherchées ont été arrêtées.

Le 3 septembre, le Premier ministre irakien Moustafa Kadhemi a déclaré que son gouvernement avait hérité un « lourd héritage d’armes non contrôlées et de conflits tribaux ».

Il a chargé les chefs des services de sécurité d’imposer l’autorité de l’État et de faire face à « toute menace contre la sécurité et la stabilité du pays ».

« Un pas dans la bonne direction »

Avec cette campagne de sécurité, le gouvernement irakien cherche à saisir toute arme échappant à son contrôle dans le cadre de ses efforts pour consolider l’État de droit, a déclaré Katah Najman al-Rikabi, membre de la commission parlementaire pour la défense et la sécurité.

Le gouvernement prendra toutes les mesures nécessaires « pour poursuivre ceux qui perturbent l’ordre public, pour défendre la vie et les biens des gens et pour imposer l’autorité de l’État », a-t-il fait savoir à Diyaruna.

« Nous soutenons le gouvernement dans l’accomplissement de ses responsabilités légales pour protéger les citoyens contre le danger des armes non contrôlées », a-t-il poursuivi.

Mettre fin à la présence d’armes sans permis ne sera « pas une tâche aisée », a indiqué al-Rikabi, mais les récentes actions du gouvernement constituent néanmoins un pas dans la bonne direction.

Les citoyens irakiens « veulent vivre en sécurité et sous l’autorité d’un État fort qui maintienne l’ordre et limite la possession d’armes à ses seules forces », a-t-il ajouté.

La proposition d’acheter les armes aux citoyens qui en possèdent, présentée par les députés comme une solution pour limiter la prolifération des armes sans permis, « n’est pas réalisable compte tenu de l’abondance des armes et de la crainte que le processus soit entaché par la corruption », a expliqué al-Rikabi.

Bagdad attaquée

Pendant ce temps, Bagdad continue d’être la cible d’attaques aux roquettes Katioucha, que beaucoup imputent aux milices fidèles à l’Iran.

Dimanche soir, trois missiles ont frappé l’aéroport international de Bagdad, pour la deuxième fois en une semaine.

L’un de ces missiles s’est abattu sur un garage de l’aéroport civil, endommageant quatre véhicules appartenant à des particuliers, selon des articles parus dans les médias.

Kadhemi a ordonné lundi une enquête sur cet incident.

Le gouvernement irakien lutte-t-il efficacement contre le terrorisme ?
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 caractères restants (1500 MAX)