Sécurité

Opérations irakiennes et de la coalition anti-EIIS dans Salaheddine

Khalid al-Taie

image

Huit membres d’une cellule de l’EIIS ont été arrêtés le 21 août par les services du contre-terrorisme irakiens à Salaheddine. [Photo fournie par les CTS]

Un regain des attaques de « l’État islamique en Irak et en Syrie » (EIIS) dans les régions désertiques reculées de la province de Salaheddine a poussé les forces irakiennes à accentuer leurs efforts de sécurité dans cette province.

Ces dernières semaines, des éléments de l’EIIS ont attaqué des postes de contrôle et des cibles civiles, notamment une attaque le 20 août qui a visé un sanctuaire près de la localité d’al-Dujail, qui a tué cinq membres de la sécurité et en a blessé huit autres.

L’armée irakienne et des unités de soutien ont très rapidement lancé des opérations contre les tunnels et les grottes dans les déserts du nord et de l’ouest de Wadi al-Tharthar jusqu’à la province de l’Anbar. Elles ont également ratissé la chaîne de montagnes entre Makhoul et al-Sharqat, jusqu’à Hatra, dans la province de Ninive.

« L’EIIS est désormais moins en mesure d’infiltrer Salaheddine »

Le major général Abdoul Mohsen Hatem al-Abbasi, commandant des opérations de sécurité dans Salaheddine, a indiqué que ces opérations étaient menées avec le soutien de la coalition internationale.

image

Des soldats irakiens en alerte lors d’une opération de traque des résidus de l’EIIS dans le désert de Wadi al-Tharthar, dans l’ouest de Salaheddine. [Photo fournie par le ministère irakien de la Défense]

L’EIIS est désormais « moins en mesure de s’infiltrer dans Salaheddine », a-t-il indiqué à Diyaruna.

Al-Abbasi a ajouté que ces opérations visaient des refuges utilisés par les terroristes comme des lieux de regroupement et des maisons de repos lorsqu’ils revenaient des déserts des provinces de l’Anbar et de Ninive.

Ces abris sont également le point de départ vers les monts de Salaheddine, Makhmour et Hamrin et vers plusieurs villages agricoles qui partagent des frontières avec la province de Diyala et du nord de celle de Bagdad, a-t-il expliqué.

Le 21 août, des appareils de la coalition internationale ont effectué une frappe contre un repaire terroriste dans le sud de la province de Salaheddine.

Le major général Tahseen al-Khafaji, porte-parole du commandement des opérations conjointes, a expliqué à Diyaruna que cette frappe visait un rassemblement d’éléments de l’EIIS « après que nous avons localisé leur cache à l’aide d’un appareil de reconnaissance ».

Cette cache, a-t-il poursuivi, était une maison de repos située dans un verger proche du district d’al-Tarmiyah.

Ce bombardement de la coalition a tué « un nombre non spécifié de terroristes, dont plusieurs étaient des commandants qui envisageaient de mener des opérations terroristes dans d’autres régions ».

Al-Khafaji a ajouté que cette attaque s’inscrivait dans le cadre d’une nouvelle tactique adoptée par le commandement des opérations conjointes basée sur le renforcement des renseignements en vue d’obtenir « autant d’informations que possible sur les activités de l’EIIS, ses cellules et ses repaires ».

Des militants toujours actifs dans les régions désertiques

Al-Khafaji a expliqué à Diyaruna que les efforts se centrent sur « le ratissage des régions désertiques, en particulier dans les provinces de Salaheddine, de l’Anbar et de Ninive, afin de découvrir les rassemblements de terroristes et de détruire leurs passages », car des militants sont toujours actifs dans ces zones.

Les opérations actuelles et futures s’attachent également à renforcer les mesures de sécurité le long de la frontière entre l’Irak et la Syrie.

Le 22 août, la 8e unité des renseignements de l’armée de terre irakienne a arrêté « plusieurs familles de l’EIIS » (sans préciser le nombre) près du poste-frontière d’al-Qaim, alors qu’ils franchissaient illégalement la frontière pour entrer en Irak depuis la Syrie.

Les services antiterroristes irakiens (CTS) ont annoncé le 21 août qu’ils avaient mené « une importante opération de sécurité dans le nord de Salaheddine, et démantelé une cellule forte de huit membres à al-Sharqat ».

Ces éléments capturés avaient l’intention d’attaquer les forces de sécurité, a précisé ce communiqué.

Abd Sultan Issa al-Jubouri, membre de la commission de la sécurité du conseil provincial de Salaheddine, a indiqué que cette opération faisait partie d’une campagne orchestrée par les CTS et d’autres services de sécurité.

Ces opérations ont réussi à sécuriser les monts Makhoul et al-Baaj, les terres agricoles bordant le nord des provinces de Bagdad, Diyala et de l’Anbar, ainsi que les îles d’al-Tharthar, Tikrit, Baiji et al-Sharqat.

Aimez-vous cet article?

0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 / 1500