Droits de l'Homme

Un groupe d'aide exhorte l'accès au nord-est de la Syrie alors que le coronavirus se propage

AFP

image

Une femme traverse le camp d'al-Hol dans la province syrienne d'al-Hasakeh le 14 janvier. [Delil Souleiman / AFP]

Le groupe d'aide du Comité international de sauvetage (CIS) a exhorté jeudi 27 août l'ONU à rouvrir un passage frontalier dans le nord-est de la Syrie pour stimuler la diminution des fournitures médicales au milieu de l'augmentation des cas du nouveau coronavirus (COVID-19).

Le passage d'Al-Yarubiyah, entre la Syrie et l'Irak, a été fermé en janvier après un vote du Conseil de sécurité de l'ONU sous la pression russe, provoquant une pénurie d'aide dans la région syrienne dirigée par les Kurdes.

Le régime syrien -- soutenu par la Russie -- considère l'aide transfrontalière distribuée sans son autorisation comme une violation de sa souveraineté.

« Le CIS appelle le Conseil de sécurité de l'ONU à rouvrir d'urgence le point de passage de l'aide d'al-Yarubiya pour endiguer la propagation de la pandémie du Covid-19 », a déclaré le CIS.

La suspension, renouvelée en juillet, "a laissé des millions de personnes privées de médicaments et de fournitures de santé essentiels au milieu de cette épidémie", a déclaré le président du CIS, David Miliband.

Les autorités kurdes ont annoncé 478 cas de Covid-19, dont 28 décès dans la région, mais le CIS a déclaré que les taux étaient probablement plus élevés en raison des faibles taux de dépistage du virus.

Le groupe humanitaire a déclaré que la suspension de plusieurs mois du passage d'al-Yarubiyah avait gravement perturbé les services de santé dans une région avec seulement 13 ventilateurs et des équipements de protection individuelle en baisse.

Préoccupations pour le camp d'al-Hol

Le CIS était particulièrement préoccupé par le camp d'al-Hol dans la province d'al-Hasakeh.

Le centre d'isolement des cas de coronavirus du camp a été confronté à des pénuries d'équipements de protection individuelle, « des stations de lavage des mains insuffisantes, un surpeuplement des lits et une capacité de personnel limitée », a indiqué le CIS.

Plus tôt ce mois-ci, l'ONU a déclaré que trois agents de santé à al-Hol avaient contracté le virus, et les autorités kurdes ont annoncé un autre cas jeudi.

Une source médicale à al-Hol a annoncé que le dernier cas était le premier parmi les résidents.

Les groupes humanitaires ont averti que toute épidémie grave du coronavirus dans le nord-est de la Syrie aggraverait davantage une terrible crise humanitaire, notamment des pénuries d'eau, de nourriture et de médicaments.

Aimez-vous cet article?

0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 / 1500