NOUVELLES D’IRAK
Politique

L'ONU suspend les discussions sur la constitution syrienne à cause de cas de coronavirus

AFP

image

Le député syrien Ahmad Al-Kuzbari arrive avec la délégation du régime syrien pour une réunion du Comité constitutionnel syrien au bureau des Nations Unies à Genève le 24 août. [Fabrice Coffrini / AFP]  

Les pourparlers constitutionnels syriens à l'ONU ont été suspendus presque aussitôt qu'ils ont commencé lundi (24 août) après que trois délégués aient été testés positifs au nouveau coronavirus (COVID-19).

On avait espéré que la semaine prévue de discussions préliminaires à Genève - entre des représentants du régime syrien, de l'opposition et de la société civile - pourrait aider à ouvrir la voie à un processus politique plus large.

Mais après une interruption de neuf mois, en partie en raison de la crise du coronavirus, les pourparlers sur la modification de la constitution du pays ont été gelés.

Les discussions, entre 15 délégués de chacun des trois groupes, étaient animées par l'envoyé spécial des Nations Unies pour la Syrie Geir Pedersen.

Le bureau de Pedersen a reçu la confirmation que trois membres du Comité constitutionnel syrien « ont été testés positifs au COVID-19 », a-t-il déclaré dans un communiqué.

Des mesures immédiates ont été prises « conformément aux protocoles pour atténuer les risques, et la recherche est en cours de toute personne qui aurait pu être en contact étroit avec les personnes affectées », a-t-il indiqué.

Les membres du comité ont été testés pour le coronavirus avant de se rendre à Genève et ont été testés à nouveau à leur arrivée, a-t-il noté.

Les délégués sont arrivés à l'ONU à Genève lundi matin avec des masques faciaux, et des mesures de distanciation physique étaient en place dans la salle de réunion.

« Après une première réunion constructive, la troisième session du Comité constitutionnel est actuellement suspendue », a déclaré le bureau de Pedersen.

Il n'a pas précisé à quel moment le trio avait été testé positif, ni à quelles délégations ils appartenaient.

'Ouvre-porte'

Pedersen a déclaré la semaine dernière qu'il considérait la réunion comme « un pas important dans la bonne direction », et espérait qu'elle pourrait servir « d'ouverture à un processus politique plus vaste ».

Le comité de révision de la constitution complet est composé de 150 délégués répartis à parts égales entre les groupes du gouvernement, de l'opposition et de la société civile.

Mais seuls 15 membres de chacun de ces groupes participaient à la réunion à petite échelle de cette semaine.

Le Comité constitutionnel a été créé en septembre de l'année dernière et s'est réuni pour la première fois un mois plus tard. Un deuxième cycle de négociations, prévu pour fin novembre, n'a jamais eu lieu après un désaccord sur l'ordre du jour.

Depuis, ils ont été retardés par la pandémie du coronavirus.

L'ONU s'efforce à encourager une résolution politique de la guerre en Syrie, qui a tué plus de 380 000 personnes et déplacé plus de 11 millions de personnes.

Transition politique

La révision constitutionnelle est un élément central du plan de paix de l'ONU pour la Syrie, qui a été défini par la résolution 2254 du Conseil de sécurité, adoptée en décembre 2015.

Seuls les Syriens sont impliqués dans le processus, mais des représentants de divers pays impliqués dans le conflit, dont la Russie, l'Iran, la Turquie et les États-Unis, étaient attendus à Genève cette semaine.

L'envoyé spécial américain pour la Syrie, James Jeffrey, a déclaré lundi que la réunion avait "encouragé" Washington.

Il a suggéré qu'une série de pressions sur le régime du président Bashar al-Assad au cours des neuf derniers mois, y compris de nouvelles sanctions américaines, des revers militaires et des crises économiques profondes, pourraient le pousser à changer de stratégie.

Il a déclaré que les Etats-Unis étaient désireux de « maintenir la pression jusqu'à ce que le gouvernement syrien et ses partenaires se rendent compte qu'ils n'obtiendront pas une victoire militaire ».

« La seule solution est ... un processus politique menant à une transition politique », a-t-il affirmé.

Aimez-vous cet article?

0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 / 1500