Sécurité

Les forces irakiennes sécurisent un district dans l’est de Diyala

Khalid al-Taie

image

Le 4 mai, des membres de la division de réaction rapide de l’armée irakienne conduisent une opération de recherche dans le district d’Abou Saïda, dans la province de Diyala. [Photo fournie par la division de réaction rapide]

Mardi 28 juillet, la division de réaction rapide a terminé ses opérations de recherche visant à débarrasser le district d’Abou Saïda de la province de Diyala des résidus de « l’État islamique en Irak et en Syrie » (EIIS), a expliqué un responsable.

Les forces de réaction rapide, aux côtés d’autres unités de l’armée, de la police fédérale et de la mobilisation populaire, ont lancé une opération de recherche de grande envergure dimanche dans les villages et les vergers d’Abou Saïda et de ses environs, a indiqué le lieutenant-colonel Abdoul Amir al-Mohammedawi, responsable du service de presse de la division.

Cette opération s’inscrivait dans le cadre de la quatrième phase de l’opération militaire « Heroes of Iraq », lancée le 11 juillet pour ratisser la bande frontalière avec l’Iran, notamment les régions de l’est de Diyala, et les régions séparant les forces fédérales des Peshmergas kurdes.

Abou Saïda est parfois le théâtre d’atteintes à la sécurité, en particulier de bombardements de mortiers, d’attaques armées, d’assassinats et d’incendies dans les vergers.

image

Le 28 mars, des soldats irakiens fouillent un verger dans le district d’Abou Saïda de la province de Diyala à la recherche de résidus de l’EIIS. [Photo fournie par le ministère irakien de la Défense]

Soixante-six villages et vergers ont fait l’objet de ces recherches pour tenter de sécuriser Abou Saïda et le district d’al-Mouqdadiya, a indiqué le commandement des opérations conjointes dans un communiqué publié mardi.

Les forces de sécurité ont découvert dix repaires et détruit 19 EEI, dont trois qui contenaient du C4, un explosif à fort pouvoir explosif, a précisé ce communiqué.

Elles ont également saisi 20 roquettes Katioucha, un lanceur de roquettes RPG-7, onze obus de mortier et diverses armes et munitions, a-t-il poursuivi.

Empêcher les infiltrations de l’EIIS

Le district a été intégralement fouillé lors de cette opération, a expliqué al-Mohammedawi à Diyaruna.

Les forces irakiennes ont arrêté trois individus recherchés accusés d’avoir dissimulé et fait exploser des EEI, lancé des attaques armées contre des maisons particulières et les forces de sécurité et tendu des embuscades, a-t-il précisé.

Cette opération a été menée « avec une magnifique coopération de la population locale », a-t-il souligné.

Plusieurs villages agricoles dans Abou Saïda comme al-Moukhaisa et Abou Karma « sont désormais protégés contre la menace des résidus de l’EIIS », a-t-il ajouté.

Bien qu’il n’y ait eu aucun terreau de l’EIIS dans le district, certains résidus terroristes infiltraient les vergers et les zones densément peuplées pour s’y cacher et lancer des attaques terroristes, a-t-il expliqué, soulignant qu’il s’agissait « d’escarmouches limitées ».

Le danger que représentent ces éléments disparaît en grande partie « grâce aux opérations continues visant à nettoyer Abou Saïda et à y renforcer la sécurité », a-t-il poursuivi.

Les opérations de la division de réaction rapide visent également à « imposer l’autorité de l’État » et à « interdire toute possession d’armes illicites », a-t-il conclu.

Votre communauté discute-t-elle des efforts de lutte antiterroriste ?
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 caractères restants (1500 MAX)