Terrorisme

Les forces irakiennes ratissent al-Tarmiya après une attaque de l’EIIS

Khalid al-Taie

image

Le général de brigade Ali Hamid Ghaidan al-Khazraji a été tué lors d’une attaque revendiquée par l’EIIS le 17 juillet à al-Tarmiya, au nord de Bagdad. [Photo diffusée sur les réseaux sociaux]

Les forces irakiennes ont mené une opération de recherche intensive dans le district d’al-Tarmiya, au nord de Bagdad, après qu’ haut gradé de l’armée a été tué vendredi 17 juillet lors d’une attaque revendiquée par « l’État islamique en Irak et en Syrie » (EIIS).

Le général de brigade Ali Hamid Ghaidan al-Khazraji, commandant de la 59e brigade de la 6e division d’infanterie, a été tué avec trois soldats lors d’une attaque contre un convoi militaire dans le district.

Plusieurs autres soldats ont été blessés dans cette attaque.

L’EIIS a revendiqué l’attaque par le biais d’Amaq, son agence de propagande.

image

Des unités militaires irakiennes cherchent des éléments restants de l’EIIS le 3 juillet dans le district d’al-Tarmiya, au nord de Bagdad. [Photo fournie par le ministère de la Défense]

« Immédiatement après l’incident, les forces de sécurité ont lancé une vaste campagne pour trouver et arrêter les coupables », a fait savoir Cheikh Mouayad Khalifa Burh al-Mohammadi, figure importante du district d'al-Tarmiya.

Un couvre-feu a été imposé dans tout le district, a-t-il rapporté, où des opérations de recherche sont en cours dans les champs, les vergers et les zones accidentées.

Les forces de sécurité ont arrêté 20 suspects après l’attaque, dont six ont ensuite été libérés, a rapporté al-Mohammedi.

Les habitants locaux ont coopéré avec les forces de sécurité, a-t-il indiqué, en leur fournissant des informations et en facilitant les opérations de recherche.

« Tous les habitants d’al-Tarmiya ressentent la douleur du décès du général de brigade al-Khazraji », a-t-il déclaré, notant que cet officier avait été chargé de « protéger leur district et de contribuer à sa sécurité et sa stabilité ».

Quelques jours avant son assassinat, al-Khazraji avait participé à une grande opération de ratissage dans le district, a-t-il précisé.

Il était « un ami des habitants, désireux de communiquer avec eux et de demander de leurs nouvelles, et il venait constamment pour consoler les personnes en deuil », a déclaré al-Mohammedi. « Sa mort est une grande perte pour l’Irak, et pour le district d’al-Tarmiya en particulier. »

Peu de membres de l’EIIS à al-Tarmiya

Al-Mohammedi a déclaré à Diyaruna qu’il ne restait plus que quelques membres de l’EIIS qui se cachent dans le district, en profitant de son terrain accidenté et de sa vaste zone agricole qui s’étend sur quelque 200 kilomètres carrés.

Il a indiqué que cette attaque « n’indique pas une activité terroriste significative, ni la présence d’un grand nombre d’éléments de l’EIIS », mais a demandé à ce que la sécurité soit renforcée à al-Tarmiya après l’incident de vendredi.

« Deux brigades devraient être déployées », a-t-il fait savoir : « une pour protéger les entrées et les sorties d’al-Tarmiya, l’autre pour traquer les terroristes dans les bosquets et les champs du district. »

« Nous recommandons également que les membres des tribus d’al-Tarmiya soient autorisés à se porter volontaires pour aider les forces de sécurité à retrouver les restes de l’EIIS », a-t-il déclaré.

« Nous sommes prêts à nommer ces volontaires, et nous nous engageons à ce qu’ils apportent à nos troupes la plus grande aide dans leur mission pour maintenir la stabilité dans nos régions », a conclu al-Mohammedi.

L'Irak est-il protégé contre l'EIIS ?
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 caractères restants (1500 MAX)