NOUVELLES D’IRAK
Politique

L’Irak doit maintenir la pression sur les agents de l’Iran, affirment les spécialistes

Faris al-Omran

image

Les forces irakiennes ont trouvé une roquette Katiousha le 5 juillet dans le quartier d’Um al-Itham de Bagdad qui était prête à être lancée contre la base militaire de Taji qui accueille des forces internationales. [Photo fournie par la Cellule médiatique de sécurité]

Le gouvernement irakien dirigé par le Premier ministre Moustafa Kadhemi doit maintenir la pression sur les milices pro-iraniennes comme la Kataib Hezbollah afin de limiter leur influence et mettre un coup d’arrêt à leurs activités illégales, expliquent les experts.

Le 25 juin, une unité des forces spéciales du service de l’antiterrorisme irakien (CTS) a lancé une opération contre la Kataib Hezbollah dans le quartier d’al-Dora, dans le sud de Bagdad.

Cette opération, à laquelle la justice avait donné son feu vert, a permis l’arrestation de quatorze miliciens accusés d’être à l’origine d’attaques à la roquette visant des installations militaires et diplomatiques américaines en Irak.

Ce raid a été décrit comme « le plus osé » de ce type contre l’une des milices pro-iraniennes les plus violentes en Irak, a expliqué à Diyaruna l’expert militaire Jalil Khalaf Shwayel.

image

Des membres de la milice pro-iranienne Kataib Jund al-Imam participent à un défilé le 23 juin 2017. [Photo diffusée en ligne]

Cette opération était « nécessaire pour faire comprendre à ces factions que leurs tentatives pour porter atteinte au prestige et à la souveraineté de l’État sont rejetées et ne seront pas ignorées », a-t-il indiqué.

« Il n’est pas acceptable que ces factions se comportent comme elles le font », a-t-il ajouté. « Nous avons dû intervenir et mettre un coup d’arrêt à leur indiscipline. »

Ces milices ont organisé des défilés militaires dans les rues de la capitale irakienne, a-t-il poursuivi, décrivant leurs tentatives pour infiltrer la Zone verte fortifiée en représailles à l’arrestation « d’injustifiées et provocatrices ».

« Les Irakiens éprouvent du ressentiment à l’égard de ses factions voyous et voient leurs défilés et les pressions qu’elles exercent pour forcer le gouvernement à libérer leurs membres comme une rébellion et un mépris », a-t-il ajouté.

Quatre jours après ce raid, tous les individus placés en détention ont été libérés sous caution à l’exception d’un, resté pour être interrogé, même si les charges retenues contre eux n’ont pas été abandonnées.

Agissements hors-la-loi

Les milices alignées sur l’Iran en Irak, parmi lesquelles Asaib Ahl al-Haq, l’Organisation Badr, Harakat al-Noujaba et Saraya al-Khurasani, en plus de la Kataib Hezbollah, opèrent sous le parapluie des Forces de mobilisation populaire (FMP).

Et bien que les FMP, formées en 2014 pour combattre « l’État islamique en Irak et en Syrie » (EIIS), soient officiellement associées au gouvernement, ces milices refusent d’obéir à leurs directives et agissent de leur propre chef, en dehors de la loi.

Le gouvernement doit poursuivre son escalade contre ces factions voyous qui se considèrent au-dessus des lois, a poursuivi Shwayel. « Nous devons contrer leur influence et lutter contre leurs actions hostiles qui menacent notre pays. »

Les milices appuyées par l’Iran ont été accusées d’avoir lancé des dizaines d’attaques de missiles ces derniers mois contre des bâtiments gouvernementaux, l’ambassade des États-Unis à Bagdad et des bases militaires abritant des forces internationales.

« La dernière opération en date contre le siège de cette milice a été une opération hardie », a expliqué Ghazi Faisal Hussain, consultant auprès du Centre irakien d’études stratégiques.

« Elle a été menée sur la base de renseignements précis, qui ont abouti à la saisie d’armes et de missiles prêts à être tirés », a-t-il indiqué à Diyaruna.

Au travers des attaques qu’elles ont montées en Irak, a-t-il expliqué, ces milices pro-iraniennes cherchent à « répandre le chaos, déstabiliser la situation sécuritaire et affaiblir les institutions officielles de l’État ».

Cela s’inscrit dans le cadre d’un effort iranien visant à « prendre le contrôle de l’État », a-t-il poursuivi.

Vol des revenus en Irak

Ces milices sont engagées dans des activités illégales, notamment le trafic de drogue, la contrebande de pétrole, le contrôle des postes-frontière et l’imposition de droits de douane et de tarifs douaniers, tout cela leur permettant de gagner d’importants revenus, a ajouté Hussain.

Elles cherchent par tous les moyens à faire affluer des fonds dans leurs coffres par le biais de ces activités, a-t-il expliqué, et repoussent toutes les mesures prises par le gouvernement pour imposer le respect de l’État de droit et contrôler la détention d’armes.

Cela fait un tort colossal à l’économie irakienne, et empêche sa prospérité et son développement, afin de servir les intérêts économiques du régime iranien et de son Corps des Gardiens de la révolution islamique (CGRI), a-t-il poursuivi.

Les milices pro-iraniennes ne renonceront à rien pour porter préjudice à l’Irak et à son économie, a affirmé l’expert militaire Rabie al-Jawary à Diyaruna.

« Elles veulent maintenir l’Irak dans un état de crise et d’instabilité sécuritaire et économique, afin de pouvoir imposer leur contrôle et s’enrichir elles-mêmes », a-t-il ajouté.

La manière dont ces milices ont répondu à ce raid contre le siège de la Kataib Hezbollah montre leur côté pernicieux et qu'elles sont prêtes à faire tout ce qu’elles pourront pour protéger leurs intérêts illégitimes, a conclu al-Jawary.

Aimez-vous cet article?

3 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 / 1500

Le peuple peut expulser les milices en une heure seulement.

Répondre

Lorsque Dieu nous débarrassera de l'Iran, nous serons tout simplement bien et en sécurité. L'Iran est un pays malveillant qui court après les richesses de l'Irak.

Répondre

Vous parlez des forces qui ont protégé l'Irak et oublient le terrorisme et les terroristes, y compris les 5 000 Saoudiens qui se sont fait exploser en Irak, tuant des milliers d'Irakiens innocents, y compris des personnes âgées, des femmes et des enfants. Comment se fait-il que vous ne jugiez pas bien? !!

Répondre